Accueil / Mines & Energies / Le pétrole reprend des couleurs avant les stocks américains

Le pétrole reprend des couleurs avant les stocks américains

Le pétrole reprend des couleurs avant les stocks américains

Londres (awp/afp) – Les cours du pétrole remontaient légèrement mardi en fin d’échanges européens, le marché attendant les données hebdomadaires sur les réserves américaines tout en évaluant les possibles répercussions sur la production des tensions dans le Golfe.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 49,47 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 12 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de juillet prenait 25 cents à 47,40 dollars.

Les prix remontaient légèrement en fin de séance mais restaient proches de leur plus bas en un mois.

“Le Brent comme le WTI sont sur une pente glissante depuis la réunion de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) du 25 mai”, a noté David Madden, analyste chez CMC Markets.

L’Opep et ses partenaires, dont la Russie, ont déçu les marchés en se contentant de renouveler leur accord de baisse de production pour neuf mois, sans approfondir ces baisses ou convaincre d’autres producteurs de se joindre à eux.

Dans ce contexte, les investisseurs ne faisaient pas grand cas de la crise diplomatique qui oppose l’Arabie saoudite et ses alliés d’un côté et le Qatar de l’autre.

“Les tensions politiques au Moyen-Orient sont inquiétantes, mais les investisseurs dans le pétrole ne se focalisent pas dessus. Le Qatar est plutôt un grand producteur de gaz que de pétrole”, a remarqué David Madden.

Le marché reste donc focalisé sur la question de la surproduction mondiale, et observera mercredi les données hebdomadaires américaines sur les réserves des Etats-Unis, qui seront publiées par le département de l’Energie (DoE) en cours de séance européenne.

Les analystes tablent sur une baisse de 3 millions de barils pour les réserves de brut, sur une hausse de 900.000 barils pour les réserves d’essence, et sur une hausse de 500.000 barils des réserves de produits distillés, selon la médiane d’un consensus compilé par l’agence Bloomberg.

js/acd/nas
romandie

Aller en haut