Accueil / Mines & Energies / Le pétrole se stabilise, l’Opep et les stocks américains en soutien

Le pétrole se stabilise, l’Opep et les stocks américains en soutien

Le pétrole se stabilise, l’Opep et les stocks américains en soutien

Londres (awp/afp) – Les cours du pétrole se stabilisaient vendredi en fin d’échanges européens, les propos rassurants de responsables de l’Opep et la baisse des stocks américains permettant aux prix de remonter sur la semaine.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 50,75 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 2 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour le contrat de juin cédait 11 cents à 47,72 dollars.

Les cours de l’or noir reculaient légèrement vendredi mais restaient en nette hausse sur la semaine, le pétrole semblant avoir au moins partiellement retrouvé la confiance des investisseurs.

“La baisse des réserves américaines et le regain d’espoir que les membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et leurs partenaires vont renouveler leur accord semble avoir redonné de l’élan au pétrole”, a résumé Jasper Lawler, analyste chez London Capital Group.

L’Opep, qui avait convaincu ses membres ainsi que d’autres producteurs, dont la Russie, de limiter leurs extractions au premier semestre 2016 pour écluser une partie des réserves mondiales, se réunira le 25 mai à Vienne pour décider si cet accord doit être renouvelé.

Pour tenter de deviner dans quelle direction le cartel se dirigera, les analystes décortiquaient le rapport mensuel de l’Opep, dernière publication de ce type avant la réunion et rendu public jeudi.

“Vu que les réserves de l’OCDE sont toujours au-dessus de leur moyenne des cinq dernières années (objectif officiel de l’Opep), le cartel va bien devoir choisir entre des baisses de production plus profondes ou un prolongement de l’accord, non seulement au deuxième semestre mais au-delà. Dans les deux cas, la route qui mène à un marché à l’équilibre sera longue et pleine d’embûches”, ont commenté les analystes de PVM.

“Il semblerait que le problème pour le pétrole soit plutôt du côté de la demande que de l’offre. Les données sur l’économie chinoise s’affaiblissent, et la politique monétaire chinoise se durcit. Si cela perdure, les prix des matières premières pourraient en souffrir”, a prévenu Jasper Lawler.

js/jbo/jmi
romandie

Aller en haut