Accueil / Mines & Energies / Le pétrole tente de se reprendre après sa chute de la veille

Le pétrole tente de se reprendre après sa chute de la veille

Le pétrole tente de se reprendre après sa chute de la veille

Londres – Les prix du pétrole tentaient de se reprendre vendredi en cours d’échanges européens, s’installant au dessus des 50 dollars le baril après deux séances mouvementées, les marchés choisissant de miser sur une limitation de la production de l’Opep.

Vers 10H00 GMT (12H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 51,77 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 39 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance, dont c’est le premier jour d’utilisation comme contrat de référence, gagnait 26 cents à 50,89 dollars.

Après avoir grimpé mercredi, les cours étaient redescendus brutalement jeudi. Les cours du brut ne sont pas aidés par le dollar, qui continue sa hausse, commentait Olivier Jakob, analyste de Petromatrix.

Alors que les marchés misent de plus en plus sur une hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed) avant la fin de l’année, le billet vert, monnaie de référence du pétrole, se renforce, ce qui pénalise les investisseurs utilisant d’autres devises pour investir dans l’or noir.

La baisse d’hier n’a pas été assez marquée pour que la limite symbolique des 50 dollars par baril soit franchie, ce qui suggère que les investisseurs estiment toujours qu’une limitation de la production de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) limitera les inquiétudes sur l’offre, notait Michael Van Dulken, analyste chez Accendo Markets.

Alors que le marché du pétrole est déséquilibré depuis 2014 par une croissance record de l’offre, tandis que la demande augmente moins que prévu, l’Opep a en effet annoncé fin septembre renouer avec une politique de gestion active, en fixant un plafond de production maximale à ses membres.

Si l’Arabie Saoudite, premier exportateur mondial, a dores et déjà annoncé une limitation de sa production, les modalités de l’accord ne sont pas encore connues pour les autres pays.

Une réunion de travail de l’Opep et d’autres pays producteurs non-membres du cartel est prévue à Vienne fin octobre pour mettre en place l’accord, qui devrait être annoncé lors du rendez-vous officiel de l’Organisation fin novembre.

romandie.com

Aller en haut