Accueil / Mines & Energies / Le pétrole toujours orienté à la baisse, le marché guette l’évolution d’Harvey

Le pétrole toujours orienté à la baisse, le marché guette l’évolution d’Harvey

Le pétrole toujours orienté à la baisse, le marché guette l’évolution d’Harvey

Les cours du brut restent orientés à la baisse en ce milieu de semaine, les opérateurs s’inquiétant toujours des conséquences de la tempête Harvey sur…

Les cours du brut restent orientés à la baisse en ce milieu de semaine, les opérateurs s’inquiétant toujours des conséquences de la tempête Harvey sur l’industrie pétrolière locale mais aussi pour l’ensemble de la première économie mondiale. Le ” light sweet crude ” pour livraison octobre perd actuellement 0,9% à 46 dollars sur le New York Mercantile exchange.

Les fermetures de raffinerie à travers le Texas signifient que les stocks de brut sont susceptibles d’encore augmenter alors que les raffineurs n’ont plus accès à la matière première. Cela pèse depuis vendredi dernier sur les prix de l’or noir, alors qu’à l’inverse, l’essence et le prix des autres produits raffinés ont grimpé en flèche sur des craintes de pénurie de carburant à travers le pays.

Près de la moitié des capacités de raffinage des Etats-Unis sont situés sur les côtés du golfe du Mexique et au moins près de 2,7 millions de barils par jour, soit 15% des capacités totales américaines, sont à l’arrêt. La capacité quotidienne de raffinage est de 3,3 millions de baril par jour en Louisiane et de 5,6 millions de bpj au Texas.

Des stocks record devraient toutefois limiter les pénuries, selon l’AIE. Les stocks commerciaux américains s’élèvent en effet à environ 1,3 milliard de barils, dont 450 millions de barils de brut, sans compter les réserves stratégiques du pays. Les Etats-Unis consomment environ 20 millions de barils de pétrole par jour, dont près de la moitié en essence. “Les stocks de carburants sont très élevés actuellement, ce qui fait que la question est de savoir si on peut les déplacer et si les camions citernes et les oléoducs peuvent suffire”, a indiqué Neil Atkinson, directeur de la branche industrie pétrolière et marchés au sein de l’AIE.

Il a fallu 18 mois pour réparer les raffineries et reprendre totalement la production après le passage de l’ouragan Katrina qui a dévasté la Nouvelle-Orléans en 2005, a rappelé Neil Atkinson.

Dans ce contexte, les opérateurs vont surveiller de près les données hebdomadaires fournies dans environ 30 minutes par le département américain de l’Energie. Le consensus table sur un repli des stocks de brut d’environ 1,9 million de barils la semaine passée, sur un recul de 0,9 mb des réserves d’essence et sur une baisse de 0,8 mb des stocks de produits distillés.

boursedirect

Aller en haut