Accueil / Tic & Telecoms / Le pionnier d’Internet Yahoo! se vend à Verizon

Le pionnier d’Internet Yahoo! se vend à Verizon

Le pionnier d’Internet Yahoo! se vend à Verizon

L’opérateur internet Yahoo!, en difficultés, vend le cœur de ses activités à Verizon, le champion américain de la téléphonie mobile. L’acquisition permet à Verizon d’accroître ses revenus publicitaires en ligne.

Une page de l’histoire d’Internet se tourne. Yahoo!, l’un des pionniers du Web, a accepté la proposition de rachat du géant américain des télécommunications, Verizon, pour 4,8 milliards de dollars.

Fondé en 1994, Yahoo! avait vu sa valeur en Bourse divisée par trois en 15 ans, de 100 milliards de dollars en 2000, au plus fort de la bulle internet, à 37 milliards de dollars aujourd’hui. Face à l’essor du moteur de recherche Google, puis à l’irruption des réseaux sociaux tels que Facebook, Yahoo! n’avait pas réussi sa mue malgré l’arrivée en 2012 d’une ancienne directrice de Google à la tête de l’entreprise.

Marissa Mayer s’était engagée à relancer Yahoo! en modernisant les applications de l’opérateur et en les orientant vers le téléphone mobile. L’entreprise avait ensuite subi une coupe de 15% de ses effectifs. En vain. Yahoo! avait fini l’année 2015 dans le rouge, avec 4,4 milliards de dollars de pertes, et à nouveau 440 millions de dollars de pertes nettes au deuxième trimestre 2016.

Une exposition de choix pour la publicité en ligne

En dépit de ses mauvais résultats financiers, Yahoo! (9 400 salariés) était très convoité par Verizon. Ses services de messagerie et d’actualité, Yahoo Mail et Yahoo News, ses sites d’hébergement de photos ou de blogs (Trumblr) ont drainé un milliard d’internautes par mois. Une exposition de choix pour la publicité en ligne, nouveau vecteur de croissance choisi par Verizon face à la saturation du marché du mobile.

L’idée est de faire converger les réseaux et les contenus et d’exploiter les données des abonnés téléphoniques de Verizon pour les proposer aux annonceurs publicitaires, grâce notamment à la technologie d’AOL. De quoi permettre à la nouvelle entité de rester dans la course à la publicité en ligne, derrière les deux hébergeurs phares que sont devenus Google et Facebook.

Les parts dans Alibaba et Yahoo Japan regroupées dans un fonds

Le rachat en numéraire de Yahoo! par Verizon sera effectif dans le courant de l’année 2017. Cette acquisition exclut les participations de Yahoo! dans le moteur de recherche chinois Alibaba et dans Yahoo Japan – des participations qui donnaient à Yahoo! la majeure partie de sa valeur boursière, mais qui seront regroupées dans un fonds d’investissement indépendant qui, lui, perdra le nom de Yahoo.

Le cœur des activités de Yahoo! racheté par Verizon sera intégré dans la même division qu’AOL pour créer « un groupe de médias sur mobile de premier plan mondial », espère le PDG de Verizon, Lowell McAdam. Cette nouvelle entité sera dirigée par le directeur actuel de l’unité AOL, Tim Armstrong.

Le sort de Marissa Mayer, lui, n’est pas encore scellé. Alors que l’on évoquait des indemnités de départ dépassant les 55 millions de dollars, l’ancienne directrice générale de Yahoo! affirmait ce lundi 25 juillet vouloir rester dans l’entreprise après son rachat, malgré son échec à redresser le pionnier d’Internet. « J’aime Yahoo! et je crois en vous tous, a-t-elle déclaré. C’est important pour moi de voir Yahoo! ouvrir ce nouveau chapitre ».

Claire Fages
rfi.fr

Aller en haut