Accueil / Mines & Energies / Le producteur de platine Lonmin va supprimer 6000 emplois en Afrique du Sud

Le producteur de platine Lonmin va supprimer 6000 emplois en Afrique du Sud

Le producteur de platine Lonmin va supprimer 6000 emplois en Afrique du Sud

Confronté à la chute des cours des métaux, Lonmin -le quatrième producteur mondial de platine par sa capitalisation- a annoncé la suppression de 6000 emplois, soit 21% de ses effectifs, dans ses mines en Afrique du Sud.

La nouvelle plombe l’Afrique du Sud, en panne de croissance et déjà affecté par un chômage de masse. Le géant mondial du platine, Lonmin, a annoncé vendredi 24 juillet la suppression de 6.000 emplois dans le pays pour faire face à la chute des cours- au plus bas depuis six ans- et à la hausse des coûts de production.

“Au total, 6.000 employés (sur 28.000) vont probablement être affectés par ces mesures”, indique l’entreprise britannique dans un communiqué.

Si la compagnie compte 28.000 employés en Afrique du Sud, elle fait également appel à 9.000 emplois intérimaires, qui seront très certainement affectés par ces coupes. Pour rappel, l’Afrique du Sud détient 80% des réserves mondiales.

Un plan social déjà annoncé ?

Cette annonce n’est pourtant pas une surprise. En août 2014, deux sources de l’industrie minière, basées à Johannesburg et à Londres avaient rapporté à l’agence Reuters que le producteur envisageait un vaste plan de restructuration. “Six puits seront fermés et 5.700 emplois supprimés. C’est le projet”, détaillait alors une des deux sources sous couvert d’anonymat.

Dans son communiqué, Lonmin a révélé ce vendredi matin que son chiffre d’affaires, porté à 508 millions de dollars, était en baisse de 14%. Au premier semestre de son exercice 2015 (octobre 2014-mars 2015), le groupe a subi une perte nette de 90 millions de dollars contre une perte de 213 millions sur la période correspondante de l’exercice précédent.En 2014, un conflit social oppose la compagnie aux mineurs sud-africains qui réclament une hausse de salaire. Les sites sont paralysés pendant 5 mois, et la production est quasiment à l’arrêt.

La compagnie britannique a précisé dans son communiqué qu’elle était contrainte de se restructurer et annonce la fermeture de deux puits en Afrique du Sud :

“Pour sauvegarder les intérêts à long terme de nos actionnaires, de nos employés et de tous nos partenaires, le Conseil d’administration a pris l’importante décision d’approuver des mesures supplémentaires pour réduire les coûts élevés de production, dans un marché où l’offre excède la demande, en fermant les puits de Hossy et Newman”, détaille la compagnie dans un communiqué.

“Un bain de sang pour l’emploi dans l’industrie minière”

Le syndicat national des mines (NUM) n’a pas tardé à réagir à cette annonce. “C’est un bain de sang pour l’emploi dans l’industrie minière”. D’après les données officielles, le chômage atteint 26,4% de la population active, un record depuis 2003. Si ce plan est un coup de massue à l’économie, le syndicat fait aussi, -par sa déclaration- référence au massacre de Marikana.

En août 2012, des mineurs se mettent en grève au nord-ouest du pays, sur le site de Marikana qui appartient à Lonmin. Ils réclament alors une hausse de salaire. Mais le conflit dégénère et la police abat 34 grévistes. Il aura fallu presque trois ans d’enquête pour qu’une commission rende ses conclusions. En plus de se montrer critique envers la police, le rapport estime que le géant mondial du platine “n’a pas fait de son mieux” pour répondre aux revendications salariales de ses employés et éviter la violence.

Anglo American supprime aussi 6000 postes dans le monde

Depuis fin juin, le cours du platine a plongé de 9,4% pour plafonner désormais à 987,40 dollars l’once. Vendredi 24 juillet, l’once s’évalue à 973,91 dollars. Et pour la première fois depuis février 2006, le métal précieux passe en dessous des 1000 dollars.

Mais la chute du cours du platine n’est pas nouvelle. Les métaux précieux sont principalement impactés par le ralentissement économique de la Chine. Résultat : le pays importe moins.

Cette situation oblige d’autres mastodontes du secteur à revoir leur stratégie. Ce vendredi, quelques heures après l’annonce de Lonmin, le groupe minier britannique Anglo American a fait savoir qu’il supprimerait 6.000 emplois (sur 151.200 dans le monde) environ dans les deux années à venir. Entre le 1er janvier et le 30 juin, Anglo American déplore une perte nette de 3,015 milliards de dollars, contre un bénéfice net de 1,464 milliard l’année dernière.

latribune.fr

Aller en haut