Accueil / Développement / Le professeur Stiglitz demande une « stratégie coordonnée pour le succès économique de l’Afrique »

Le professeur Stiglitz demande une « stratégie coordonnée pour le succès économique de l’Afrique »

Le professeur Stiglitz demande une « stratégie coordonnée pour le succès économique de l’Afrique »

Afreximbank a lancé à Washington DC la série de conférences Babacar Ndiaye en l’honneur du Dr Babacar Ndiaye, président de la Banque africaine de développement (BAD) de 1985 à 1995, pour ses nombreuses contributions au développement économique de l’Afrique, notamment son rôle crucial dans la création d’Afreximbank.

En plus d’aider la BAD à obtenir le statut triple A, le Dr Ndiaye, décédé en juillet 2017, a également contribué à la création de plusieurs autres institutions continentales, dont Shelter Afrique et la Table ronde sur les entreprises africaines.

Le prix Nobel Stiglitz, économiste et professeur à l’Université de Columbia, New York, a déclaré lors de sa présentation intitulée «de la croissance des exportations dirigée par les industries manufacturières à une stratégie de croissance inclusive pour le 21e siècle en Afrique» que « la croissance soutenue a été la base du succès de la croissance au cours du dernier demi-siècle et les facteurs qui ont permis au secteur manufacturier de fournir cette poussée de croissance ne pourraient pas le faire dans la même mesure à l’avenir ».

Selon le prix Nobel, une autre stratégie qui remplissait certains des rôles essentiels que le développement de la production axée sur les exportations était donc nécessaire. ‘’Une politique de développement réussie devra être explicitement plus pluridimensionnelle, en s’attaquant aux” défis “distincts auxquels le secteur manufacturier s’est attaqué simultanément”, a déclaré le professeur Stiglitz.

Selon lui, les gouvernements devront jouer un rôle important dans la nouvelle transformation structurelle vers une économie moderne. Cette économie ne serait pas en général une économie manufacturière mais une économie de services moderne, a-t-il noté, affirmant que dans la prochaine phase du développement de l’Afrique, l’agriculture moderne serait vitale.

Stiglitz a souligné la nécessité d’un secteur agricole robuste pour assurer le plein emploi, notamment en stimulant la fabrication et les services, et a déclaré que les pays devraient chercher à ajouter une dimension d’apprentissage à l’agriculture et à d’autres secteurs.

L’agriculture moderne peut être très «avancée», a-t-il noté, en soulignant qu’il faudrait mettre l’accent sur les innovations non liées à l’économie de main-d’œuvre, y compris une meilleure combinaison de cultures et de meilleurs engrais. L’accent mis sur «l’apprentissage» devrait mettre l’accent sur le développement de compétences utiles dans l’économie moderne et la transformation de l’agriculture des pratiques traditionnelles à l’agriculture moderne.

D’après le Dr Benedict Oramah, Président d’Afreximbank, a déclaré que la série de conférences était lancée pour «reconnaître et immortaliser les contributions exceptionnelles du Dr Babacar Ndiaye en Afrique et en fait à l’humanité».

«Le Dr Babacar Ndiaye était un visionnaire, un leader consommé et un grand créateur d’institutions qui a servi le continent africain de manière exemplaire tout au long de sa carrière bien documentée et célèbre», a fait savoir le Dr Oramah, qui a noté qu’il a conçu une transformation massive de la BAD et le paysage financier du continent.

Il a utilisé stratégiquement la plate-forme de la BAD et le pouvoir de convoquer certaines des principales contraintes au développement économique du continent africain, en devenant un constructeur prodigieux d’institutions financières de développement à travers le continent.

Par ailleurs, M. Oramah a noté que depuis sa création, Afreximbank avait décaissé environ 50 milliards de dollars pour soutenir le commerce africain.

L’institution a attiré environ 60 milliards de dollars dans des secteurs stratégiques de l’économie africaine; élargi les capacités industrielles du continent en finançant l’ajout de valeur dans plusieurs industries, notamment le cacao, le café, le coton et le thé, ainsi qu’un certain nombre de métaux et de minéraux; et a facilité le développement d’infrastructures commerciales et industrielles essentielles, entre autres.

financialafrik
Ndeye Magatte Kebe

Aller en haut