vendredi 07 mai 2021
Accueil / Finances / Le reste de l’Afrique a été un relais de croissance pour le sud-africain Standard Bank en 2020

Le reste de l’Afrique a été un relais de croissance pour le sud-africain Standard Bank en 2020

Le reste de l’Afrique a été un relais de croissance pour le sud-africain Standard Bank en 2020

La covid-19 a occasionné des risques, mais aussi des opportunités pour de grands groupes africains en expansion sur le continent noir. Pour le plus important groupe bancaire de la région, le reste de l’Afrique a permis d’amortir l’impact négatif de la crise.

Les marchés africains hors Afrique du Sud se sont positionnés comme des relais de croissance pour le sud-africain Standard Bank. Les revenus des activités bancaires du groupe, dans cette région, dont l’actionnaire majoritaire (avec 20% de parts) est le chinois International Commercial Bank ont atteint 38,7 milliards de rands (2,5 milliards de dollars). Cela représente une hausse de 10% par rapport à ceux de l’année 2019.

Dans le même temps, l’activité bancaire de Standard Bank en Afrique est aussi devenue un relais de croissance. Malgré l’augmentation des dépenses d’exploitation qu’on y a constatée, la région a contribué au final pour 9,2 milliards de rands du bénéfice net des activités de banque. Pourtant, le reste de l’Afrique reste assez modeste, comparé à la seule filiale sud-africaine. A 271 milliards de rands, la région a représenté un cinquième des dépôts du groupe, en progression de 20%.

Cette contribution africaine aux activités bancaires du groupe financier sud-africain change un peu le narratif de la valeur de la région dans la stratégie d’expansion des sociétés sud-africaines. A titre d’exemple, Nedbank, la quatrième plus importante banque d’Afrique du Sud, attend toujours qu’Ecobank dont il est le premier actionnaire, commence à véritablement lui rapporter. Des entreprises comme Shoprite ou Tiger Brand ont même dû quitter des marchés pourtant prometteurs comme le Nigeria.

Ainsi, derrière ce succès de l’activité bancaire, Standard Bank devra être attentive à certains indicateurs qui ont montré moins de solidité. Déjà, l’essentiel des revenus d’intérêts repose sur des prêts à terme et les découverts. Le marché du crédit en dehors de l’Afrique du Sud est assez modeste sur le continent noir.

Deux des gros contributeurs à la performance africaine sont le Ghana et le Nigeria. Les opportunités y sont importantes, mais aussi les risques sur la rentabilité, notamment ceux d’une inflation en hausse et des monnaies qui demeurent fragiles face au dollar.

 

Agence Ecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut