Accueil / Développement / Le Rwanda et la Côte-d’Ivoire abriteront chacun une usine de Cooper Pharma

Le Rwanda et la Côte-d’Ivoire abriteront chacun une usine de Cooper Pharma

Le Rwanda et la Côte-d’Ivoire abriteront chacun une usine de Cooper Pharma

Les deux nouvelles usines qui seront opérationnelles en 2019 s’ajouteront aux neuf autres que le groupe possède en Afrique et au Moyen-Orient. Le laboratoire marocain réalise 15% de son chiffre d’affaires à l’export.

A cause de délais d’autorisations de mise sur le marché (AMM) de médicaments approchant les trois ans au Maroc, les industriels pharmaceutiques se tournent vers les marchés extérieurs. C’est le cas de Cooper Pharma qui annonce son implantation directe en Côte-d’Ivoire et au Rwanda par l’ouverture d’une usine dans chacun de ces deux pays.

En Côte-d’Ivoire, l’investissement programmé a fait l’objet d’un mémorandum d’entente signé en 2014 avec le gouvernement dudit pays. Dans un premier temps, l’unité sera spécialisée dans la fabrication des formes liquides (sirops) avant de s’attaquer, dans une seconde phase, aux formes solides. «Les travaux ont débuté en 2016 sur une surface de 125 800 m2. L’usine sera opérationnelle en 2019. Nous comptons employer une majorité de collaborateurs locaux et seulement un ou deux Marocains expatriés», se félicite Ayman Cheikh Lahlou, DG de Cooper Pharma.

Au Rwanda, pays classé 2e en Afrique par le classement du World Bank Doing Business Report et où le PIB croît de 8% par an, le groupe a signé un mémorandum d’entente avec le Rwanda Developement Board (Agence nationale chargée de la promotion des investissements) pour un projet similaire.

Certifiée prochainement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), cette unité de 20 000 m2 fabriquera des antibiotiques bêta-lactamines et non bêta-lactamines. Les premiers coups de pioche seront donnés cette année et l’entrée en service prévue pour 2019. Le choix de Cooper Pharma est judicieux car l’Etat rwandais qui consacre 26% de son budget à la santé, alors que la norme est de 12% ailleurs, espère développer la production locale. De plus, cet investissement ouvre un accès aux marchés des autres pays de la communauté des Etats de l’Afrique de l’Est que sont le Burundi, l’Ouganda, la Tanzanie, le Kenya et le Soudan du Sud.

Le groupe espère multiplier son chiffre d’affaires actuel par 1,8 en 2020

«Les produits pharmaceutiques fabriqués en Côte-d’Ivoire et au Rwanda sont dédiés à des pathologies propres au continent telles que le paludisme et la tuberculose. Quelques produits fabriqués au Maroc seront à terme délocalisés en Côte-d’Ivoire», explique le DG du groupe. En 2020, Cooper Pharma espère multiplier son chiffre d’affaires actuel par 1,8. Pour l’instant, le groupe réalise près de 15% de son chiffre d’affaires à l’export, sachant qu’il a commencé l’aventure internationale il y a 20 ans. Il exploite déjà 9 unités industrielles (en propre ou en joint-venture) en Afrique et au Moyen-Orient. En Afrique, le laboratoire marocain est présent dans 20 pays et commercialise plus de 20 spécialités pharmaceutiques pour les pathologies relatives à la cardiologie, la gastroentérologie, l’antibiothérapie et la dermatologie.

Wiam Markhouss
lavieeco

Aller en haut