Accueil / Développement / Le Soudan du Sud appelle les investisseurs à revenir, pour renforcer l’économie vacillante

Le Soudan du Sud appelle les investisseurs à revenir, pour renforcer l’économie vacillante

Le Soudan du Sud appelle les investisseurs à revenir, pour renforcer l’économie vacillante

Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé mardi les investisseurs étrangers qui ont fui le pays ravagé par la guerre à revenir pour renforcer l’économie fragilisée du pays, au bord de l’effondrement.

“Nous encourageons les investisseurs à revenir dans le pays afin de reconstruire l’économie ensemble. Nous devons déployer des efforts pour rendre l’environnement d’investissement attractif afin de renforcer les investissements directs étrangers dans le pays, en particulier dans le secteur agricole”, a déclaré M. Kiir au Parlement à Juba.

Le président a défini comme priorités la lutte contre l’hyperinflation, actuellement supérieure à 835,7%, et la reprise de la production pétrolière dans le gisement pétrolier d’Unité dans le nord du pays, afin de restaurer la stabilité macroéconomique et ainsi de restaurer les réserves étrangères qui s’amenuisent rapidement.

“La priorité du gouvernement est d’inverser la spirale à la baisse de l’économie. Nous avons assemblé une nouvelle équipe d’économiste grâce aux changements récents à la Banque du Soudan du Sud et au ministère des Finances. Cette équipe travaille en harmonie pour coordonner notre action politique afin de mettre un terme à la chute libre de notre économie”, a révélé M. Kiir.

Le Soudan du Sud, pays pétrolifère mais pauvre, dépend à 98% de ses exportations pétrolières pour financer ses dépenses publiques, cependant le conflit violent survenu en décembre 2013 a réduit la production pétrolière à moins de 130.000 barils par jour, contre 350.000 auparavant.

M. Kiir a dit avoir demandé au ministère du Pétrole de rouvrir les gisements pétroliers de l’ex-État d’Unité pour augmenter la production pétrolière.

“Si ces mesures sont exécutées avec urgence, nous devrions pouvoir nous redresser économiquement bien plus vite que prévu”, a-t-il dit.

Les Nations unies ont déclaré l’état de famine lundi dans plusieurs parties du pays, car 100.000 Sud-Soudanais environ sont déjà affamés, et 1 million d’autres aux bords de la famine, en raison de la poursuite du conflit et de la baisse des prix du marché.

M. Kiir n’a pas évoqué la famine dans son discours, cependant il a ordonné que soit accordé immédiatement un accès sans entrave à l’aide humanitaire et de développement pour les personnes qui en ont besoin.

Le Programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) ont en partie attribué la famine des régions du nord de l’État d’Unité aux obstacles placés par les agences de sécurité sur les organisations humanitaires.

“Nous appelons nos partenaires à reprendre les activités de développement dans le pays et à soutenir la mise en œuvre de l’accord de paix”, a déclaré le président.

“Le gouvernement veillera à ce que toutes les organisations humanitaires et de développement aient un accès sans entrave aux populations dans le besoin dans tout le pays”, a ajouté M. Kiir.

Il a également appelé les partenaires internationaux et l’opposition à participer au dialogue national prévu en mars, dialogue qui a été initié par le président en décembre de l’an dernier.

“Je veux aussi qu’il soit absolument clair pour tous ceux qui remettent en question nos intentions, et pour nos partenaires régionaux et internationaux, que le dialogue national que nous avons proposé n’est pas un piège, une tactique pour gagner du temps ou une stratégie calculée du gouvernement pour consolider son emprise sur le pouvoir”, a-t-il dit.

Le ministère des Finances a aussi reçu pour instruction de couvrir le budget par ce dialogue qui devrait être largement financé par les partenaires internationaux, a-t-il ajouté.

JUBA, 21 février (Xinhua)

Aller en haut