Accueil / Finances / Le trésor public kényan annonce un emprunt obligataire de 288 millions $, le premier de sa nouvelle année fiscale 2017/2018

Le trésor public kényan annonce un emprunt obligataire de 288 millions $, le premier de sa nouvelle année fiscale 2017/2018

Le trésor public kényan annonce un emprunt obligataire de 288 millions $, le premier de sa nouvelle année fiscale 2017/2018

Le trésor public kényan a annoncé le lancement d’un emprunt obligataire de 30 milliards de shillings kényans (KES), soit environ 288 millions $. L’opération, dont les souscriptions débutent vendredi prochain jusqu’au 25 juillet, est la première effectuée sous le nouvel exercice fiscal du pays, qui a débuté depuis le 1er juillet 2017.

Au total, le gouvernement kényan compte mobiliser jusqu’à 524 milliards de KES pour combler le déficit de son budget qui a été voté à 2290 milliards de KES. 268,6 milliards de KES devraient ainsi être mobilisés sur le marché local des capitaux. Les analystes s’attendent à un grand engouement de la part des investisseurs.

L’emprunt est assorti d’une maturité de 10 ans, mais la grande inconnue demeure le taux qui sera servi par les investisseurs. Des analystes kényans prennent comme référence un précédent emprunt obligataire de même nature émis par le gouvernement, et une bonne liquidité du marché des capitaux, pour estimer qu’on devrait avoisiner les 12%.

Le gouvernement du Kenya a pris l’option de se financer sur son marché local des capitaux afin de réduire l’influence négative des financements souverains non-concessionnels. « Nous n’y aurons recours, que pour des projets à la rentabilité prouvée », a expliqué le ministre des finances Henry Rotich (photo).

Des observateurs craignent cependant une nouvelle période d’éviction des autres acteurs de l’économie, pour ce qui est de l’accès au crédit. Dans un contexte marqué par l’encadrement des taux applicables aux dépôts et aux prêts bancaires, la croissance du niveau des financements accordés par les banques à l’économie kényane a été plus modérée en 2016 que l’année 2015 précédente. Le premier trimestre 2017 a laissé apparaître les mêmes tendances.

Idriss Linge
agence ecofin

Aller en haut