lundi 19 août 2019
Accueil / Développement / L’éco d’Afrique de l’Ouest : Quelle différence ferait une monnaie unique ?

L’éco d’Afrique de l’Ouest : Quelle différence ferait une monnaie unique ?

L’éco d’Afrique de l’Ouest : Quelle différence ferait une monnaie unique ?

Quinze pays d’Afrique de l’Ouest ont convenu d’adopter l’année prochaine une monnaie unique appelée l’éco.

Les experts sont divisés sur l’impact que cela aurait sur l’économie de la région, en particulier dans les huit Etats membres qui utilisent le franc CFA – qui est soutenu par la France.

Les négociations au sujet de la monnaie commune sont en cours depuis 30 ans.

La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), l’union politique et économique de la région, a déclaré que le déploiement sera progressif et que les pays qui satisfont aux critères énoncés adopteront la monnaie en premier.

Pourquoi l’Afrique de l’Ouest veut-elle une monnaie unique ?

Huit pays utilisent déjà le franc CFA, qui est rattaché à l’euro et garanti par la France.

Les sept autres ont leur propre monnaie, aucune n’est librement convertible.

Les partisans de l’éco affirment que la monnaie unique facilitera le commerce, réduira les coûts de transaction et facilitera les paiements entre les 385 millions d’habitants de la Cedeao.

Toutefois, les détracteurs craignent que le Nigeria, la plus grande économie de la région, ne domine la politique monétaire et n’en retarde les retombées.

Pour les économistes Ferdinand Backoup et Daniel Ndoye, une monnaie unique serait un instrument précieux dans le système monétaire international :

« Les pays d’Afrique de l’Ouest – comme la plupart des autres pays en développement – ne sont pas à l’abri des chocs monétaires causés par les politiques mises en œuvre dans le reste du monde « , ont écrit les deux économistes dans une note d’information pour la Banque africaine de développement.

Une monnaie unique peut offrir une chance, disent-ils, de mettre en place un « front collectif et efficace » contre ces perturbations.

À propos de l’ECO

  • Lancement prévu en 2020
  • Sera utilisé par 15 pays membres de la Cedeao
  • Le taux de change sera flexible
  • L’un des principaux objectifs de l’Union monétaire sera un taux d’inflation spécifique

Sera-t-il vraiment effectif l’année prochaine ?

Il semble extrêmement improbable que les 15 pays atteignent cet objectif.

L’introduction de la monnaie unique était prévue pour la première fois en 2003, mais elle a été reportée à plusieurs reprises, en 2005, 2010 et 2014.

Il est possible, bien qu’ambitieux, que certains pays remplissent les critères actuels pour l’échéance de 2020 – les quatre premiers étant :- Un déficit budgétaire n’excédant pas 3%. – Un taux d’inflation annuel moyen inférieur à 10%. – Le financement des déficits budgétaires par la Banque centrale ne devrait pas dépasser 10 % des recettes fiscales de l’année précédente.- Des réserves extérieures brutes représentant au moins trois mois d’importations doivent être disponibles.

Ces critères, ainsi que deux autres critères secondaires, devraient être évalués par la Cedeao d’ici fin 2019.

L’un des problèmes est l’incohérence : les pays pourraient, par exemple, remplir les critères l’année prochaine, puis prendre du retard l’année suivante.

Presentational white space

En 2016, un seul pays, le Libéria, remplissait les six conditions, et aucun critère unique n’était rempli par tous les pays.

L’économiste Martial Belinga, auteur de Libérer l’Afrique de l’esclavage monétaire, affirme que 2020 est un objectif symbolique.

« C’est plus une question de processus. Avoir une date limite pousse les Etats à atteindre les critères, » dit-il.

M. Belinga indique que la Cedeao pourrait envisager de réviser les critères d’entrée, pour autant qu’ils restent crédibles.

La cedeao a déclaré que l’adoption serait cependant progressive, de sorte que les pays qui remplissent les critères puissent adhérer, et que les autres puissent suivre plus tard.

Est-ce que ça va marcher ?

Certains analystes doutent qu’une monnaie unique soit la solution pour stimuler le commerce.

« Nous luttons rien qu’au Nigeria pour acheminer les produits du nord à Lagos et dans d’autres régions du sud où ils peuvent être consommés « , a déclaré Sanyade Okoli, responsable d’Alpha African Advisory.

« Si les marchandises ne peuvent pas circuler librement, comment pouvons-nous parler d’une monnaie unique ? », s’interroge-t-elle. « Nous devons d’abord nous attaquer à la faiblesse de l’infrastructure et à la bureaucratie – les points les plus faciles à réformer « , estime l’analyste.

Pour M. Belinga, le véritable obstacle au commerce dans la région n’est pas l’absence d’une monnaie unique mais le fait que les pays n’ont pas grand-chose à échanger.

« Les pays d’Afrique de l’Ouest doivent transformer leurs économies, en diversifiant leurs activités et en créant des industries à valeur ajoutée. C’est la vraie solution pour faire face aux chocs externes et à la volatilité. « , dit-il.

Actuellement, la plupart des pays dépendent de produits de base dont les prix sont réglementés sur les marchés internationaux.

Pour l’économiste, la monnaie unique n’est pas « une fin en soi ».

Qu’en est-il de la souveraineté ?

Bien que le discours sur une fédération politique n’ait pas dominé les dernières discussions, les critiques soulignent les pièges d’une monnaie commune sans une union politique.

Les économistes Ferdinand Bakoup et Daniel Ndoye affirment que l’engagement des dirigeants régionaux devrait dissiper ces craintes.

Le Président du Nigeria Muhammadu Buhari (au centre) préside la 55ème session ordinaire de la Conférence des chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) à Abuja
Image captionLe président nigérian Muhammadu Buhari (au centre) reste prudent à propos de la nouvelle monnaie

« La création d’un groupe de travail présidentiel chargé de suivre le processus de création de la monnaie unique, dirigé par les chefs d’État du Ghana, du Nigeria et de la Côte d’Ivoire et par le Comité des gouverneurs des banques centrales, en est une illustration flagrante « , ont-ils déclaré.

« Reste maintenant à transformer cet engagement en accélérant la mise en œuvre des réformes pour contribuer à la réalisation de cet objectif ».

Mais malgré leur volonté d’aller de l’avant, beaucoup craignent également de perdre une partie de leur souveraineté.

« En tant que plus grande économie d’Afrique et pays le plus peuplé, nous ne pouvons pas nous permettre de nous précipiter dans de tels accords sans une consultation complète et appropriée avec toutes les parties prenantes « , a déclaré le président nigérian Muhammadu Buhari.

La prochaine réunion de la Cedeao en décembre prochain devrait lever certaines de ces préoccupations.

Ne sera-t-il pas simplement dominé par le Nigeria ?

Le Nigeria, dont l’économie dépendante du pétrole représente les deux tiers du PIB de la région, dominerait une future union monétaire. Certains économistes ont comparé le Nigeria au poids de l’Allemagne dans la zone euro, bien que le Nigeria serait beaucoup plus dominant dans l’écosystème.

Naira
Image captionCertains experts affirment que l’économie du Nigeria dominerait la politique monétaire de la région.

Pour Mme Okoli, cela pourrait être problématique.

« Nous devrions avoir une conversation honnête sur ce que nous ressentons à ce sujet », selon elle. « L’Allemagne a fait preuve d’une certaine retenue après la Seconde Guerre mondiale, mais ce n’est pas le cas au Nigéria », a-t-elle dit.

Il s’agit cependant moins d’un problème que d’une opportunité, affirme M. Belinga.

« Il y a toujours un leader dans un syndicat et je pense que nous devrions espérer que le Nigeria jouera ce rôle de manière positive. Quand vous regardez ce qu’ils ont fait pour leur économie, je vois cela comme un signal positif d’un bon leadership », pour l’économiste.

« En même temps, le Nigeria doit voir que c’est une opportunité pour lui d’accéder à un important marché »,dit-il.

Qu’en est-il des pays qui utilisent le franc CFA ?

Bien que certains décrivent le franc CFA comme une relique coloniale, certains analystes disent que ce qui a stimulé la croissance dans les pays francophones comme la Côte d’Ivoire a été un investissement élevé en raison des faibles taux d’intérêt qui proviennent d’une monnaie stable garantie par la France.

Les pays francophones pourraient hésiter à se joindre à une union avec des pays dont les taux d’inflation et d’intérêt sont beaucoup plus élevés.

Mais l’appel à couper les liens coloniaux et à embrasser l’éco comme un projet africain est fort.

« Même si cela crée de l’instabilité, c’est normal. Les pays doivent se déconnecter du franc « , affirme M. Belinga.

bbc

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut