Accueil / Finances / L’emprunt obligataire de l’Etat du Burkina Faso sursouscrit à 124,8 %

L’emprunt obligataire de l’Etat du Burkina Faso sursouscrit à 124,8 %

L’emprunt obligataire de l’Etat du Burkina Faso sursouscrit à 124,8 %
Adopté en juillet 2016, le plan national de développement économique et social (PNDES) est inspiré du programme présidentiel de Roch Marc Christian Kaboré. Le plan vise à «réformer les institutions et moderniser l’administration», «développer le capital humain » et «dynamiser les secteurs porteurs pour l'économie et les emplois », pour transformer structurellement l'économie et créer une croissance inclusive. L'objectif est d’atteindre un taux de croissance moyen de 7,7 % et de réduire le taux de pauvreté à 35 % d'ici à 2020.

Le marché financier régional (UEMOA)  a massivement souscrit à l’emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé par l’Etat du Burkina Faso pour financer les projets structurants du Plan national de développement économique et social (PNDES). 

Le taux de souscription est de 124,8%, témoignant de l’appréciation du marché quant à  la  qualité des projets de l’Etat du Burkina Faso mais aussi du professionnalisme et de l’entregent de l’arrangeur, à savoir Coris Bourse, son directeur général, Yacouba Saré et ses équipes.  Au départ, l’emprunt libellé “TPBF 6,5% 2018-2025” visait un montant indicatif de 75 milliards FCFA.

A la clôture des deux semaines fixées pour les souscriptions à cet emprunt, le montant mobilisé est de 93,6 milliards de FCFA, au delà de tous les pronostics et en contraste avec l’état terne du marché financier sous-régional, constate un analyste.

Aller en haut