Accueil / Tic & Telecoms / Lenovo n’est plus le plus grand producteur mondial de PC

Lenovo n’est plus le plus grand producteur mondial de PC

Lenovo n’est plus le plus grand producteur mondial de PC

Le groupe chinois s’est fait dépasser au premier trimestre 2017 par son grand concurrent HP.

Pour la première fois en quatre ans, le chinois Lenovo a perdu sur le premier trimestre de 2017 son titre de plus grand producteur mondial de PC. Selon le cabinet IDC, le groupe, qui tire encore 70% de ses revenus de la vente d’ordinateurs, a été débordé, sur un marché plutôt stagnant, par son grand rival HP. Sur les trois premiers mois de l’année, le géant américain aurait capté 21,8% de la demande mondiale contre 20,4%.

Cet affront pourrait convaincre Lenovo d’accélérer sa négociation d’un partenariat avec le japonais Fujitsu qui pèse peu sur la scène mondiale mais reste une marque incontournable sur le marché nippon, réputé rentable. Les deux groupes avaient reconnu en octobre dernier qu’ils discutaient d’une intégration de leurs activités PC mais ils n’avaient pu entériner un accord complet en mars comme ils l’avaient initialement espéré.

Acteur clef du marché nippon

“Nous sommes dans la phase finale de discussion pour définir le moyen de créer les meilleures synergies pour nos deux entreprises”, vient de confier Tatsuya Tanaka, le président de Fujitsu avant d’indiquer qu’il espérait que la présentation d’un accord interviendrait rapidement

Lenovo, qui avait absorbé en 2005 la branche PC d’IBM dans une opération qui avait surpris le marché, contrôle depuis 2011 les activités PC de NEC dans l’Archipel. Ensemble les deux sociétés captent déjà 30% du marché nippon qui est entré dans une phase de rebond. Pour la première fois depuis le printemps 2014, les ventes de PC ont enregistré au premier trimestre de 2017 une hausse en glissement annuel. Les entreprises ayant notamment activé le remplacement de leurs parcs d’ordinateurs.

Ventes mondiales en recul

 

En intégrant les activités de R & D et de production de Fujitsu sans toutefois sacrifier la marque japonaise, Lenovo gagnerait encore en économie d’échelle et pourrait espérer voir sa part de marché atteindre les 50% dans le pays. Un coup de pouce qui lui permettrait de reprendre sa couronne mondiale dans une phase délicate.

L’an dernier, les ventes totales de PC ont reculé de 3,7% sur la planète, selon Gartner, après avoir déjà plongé de 8,3% en 2015. Et les experts anticipent une stagnation ou une très timide progression pour 2017 alors que de plus en plus de particuliers renoncent à s’équiper de PC et effectuent leurs taches informatiques de base sur leur smartphone ou leur tablette.

Yann Rousseau
lesechos

Aller en haut