Accueil / International / Les 1.400 milliards cachés des multinationales américaines

Les 1.400 milliards cachés des multinationales américaines

Les 1.400 milliards cachés des multinationales américaines

Les cinquante plus grandes entreprises américaines, dont Apple, Wal-Mart ou General Electric, ont stocké 1.400 milliards de dollars entre 2008 et 2014 dans des paradis fiscaux afin de réduire leurs impôts, affirme une étude d’Oxfam-USA publiée jeudi.

Une somme qui représente près de la moitié du PIB annuel français. Selon Ofxam-USA, ces 1.400 milliards de dollars ont transité via un réseau “opaque et secret” de 160 filiales dans des paradis fiscaux.

Pendant cette période, ces mêmes entreprises ont pourtant été les “principales bénéficiaires du soutien des contribuables” américains en étant les destinataires de 11.000 milliards de dollars de fonds publics via des garanties sur prêts ou des aides fédérales directes, indique le rapport.

“Les immenses sommes que les grandes compagnies stockent dans des paradis fiscaux devraient être utilisées pour combattre la pauvreté et reconstruire les infrastructures aux Etats-Unis et ne pas être dissimulées dans des centres offshore comme le Panama, les Bahamas ou les Iles Caïmans”, a affirmé Raymond Offenheiser, président d’Oxfam America, cité dans un communiqué.

111 milliards de dollars en moins pour les Etats-Unis chaque année

Selon le rapport, Apple figure en tête des entreprises les plus friandes de l’évasion fiscale et aurait stocké 181 milliards de dollars dans des paradis fiscaux, suivi par General Electric (119 milliards), Microsoft (108 milliards) ou encore Pfizer (74 milliards).

Plusieurs de ces grandes firmes ont déjà été critiquées aux Etats-Unis pour avoir utilisé un mécanisme permettant de stocker indéfiniment une part de leurs bénéfices à l’étranger pour éviter de payer l’impôt sur les sociétés aux Etats-Unis, le plus élevé dans les pays industrialisés (35%).

Selon le rapport d’Oxfam, l’évasion fiscale des multinationales coûterait 111 milliards de dollars par an aux finances publiques américaines et priverait également les pays pauvres de 100 milliards de recettes fiscales.

Tiphaine Honoré
latribune.fr

Aller en haut