Accueil / Mines & Energies / Les ambitions d’Isabel dos Santos pour le pétrole angolais

Les ambitions d’Isabel dos Santos pour le pétrole angolais

Les ambitions d’Isabel dos Santos pour le pétrole angolais

Isabel dos Santos (photo), la nouvelle présidente de la Sonangol, a promis de prendre un contrôle intégral de la société, de la remanier en profondeur, d’améliorer son efficacité et ses marges pour compenser l’énorme impact des prix du pétrole sur l’économie.

Pour y arriver, elle a annoncé à la presse locale qu’elle compte diviser l’entreprise en trois unités, l’une qui supervise les opérations, une autre qui se chargera de la logistique et une dernière qui sera chargée de suivre les concessions aux compagnies pétrolières internationales.

La responsable qui est la femme la plus riche d’Afrique subsaharienne et la fille du président angolais, a été nommée à ce poste, la semaine dernière. Une nomination qui suscite présentement une polémique dans le pays. Elle a désormais pour mission de redresser le secteur pétrolier du pays sérieusement touché par la chute des prix du pétrole. Pour faire face à la crise, le secteur a été réorganisé et la Sonangol est désormais limitée à la gestion et au suivi des contrats pétroliers. Par ailleurs, Isabel dos Santos a promis d’améliorer la transparence au sein de l’entreprise.

« Notre objectif est d’augmenter le chiffre d’affaires, l’efficacité et la transparence de la société. Nous voulons mettre en œuvre des règles de gouvernance similaires aux normes internationales », a-t-elle expliqué selon des propos rapportés par Reuters.

La compagnie serait également en train de plancher sur un projet de construction d’une raffinerie pétrolière afin de réduire la dépendance aux importations de diesel et d’essence. Selon des chiffres de l’agence nationale en charge des statistiques, le pays en importe environ 6 millions de mètres cubes par an.

L’Angola est le premier producteur de pétrole du continent africain avec une production de 1,7 million b/j et l’or noir constitue 95% de ses exportations. Il faut souligner que l’Angola est l’un des pays les plus corrompus du continent africain.

Olivier de Souza
agenceecofin.com

Aller en haut