Accueil / Bourse / Les Bourses européennes en hausse, la livre sterling fragile

Les Bourses européennes en hausse, la livre sterling fragile

Les Bourses européennes en hausse, la livre sterling fragile

Les principales Bourses européennes évoluent en hausse en début de séance mardi après de bons indicateurs d’activité en Allemagne mais leur progression est limitée par le repli des cours du pétrole et par les inquiétudes suscitées par l’attentat de Manchester, qui a pesé sur la livre sterling.
À Paris, le CAC 40 gagne 0,51% à 5.350,18 points à 07h45 GMT. À Francfort, le Dax gagne 0,39% et à Londres, le FTSE prend 0,12%. L’indice paneuropéen FTSEurofirst 300 avance de 0,11%, l’EuroStoxx 50 de la zone euro de 0,44% et le Stoxx 600 de 0,11%.

La progression des indices s’est accentuée après la publication des premiers résultats des enquêtes mensuelles Markit auprès des directeurs d’achats, ressortis supérieurs aux attentes en Allemagne alors qu’ils ont raté le consensus en France.

Les investisseurs surveilleront aussi à 08h00 GMT l’indice mensuel Ifo du climat des affaires en Allemagne. L’institut d’études économiques DIHK a par ailleurs relevé sa prévision de croissance 2017 pour l’Allemagne à 1,8% contre 1,6%.

Sur le marché des changes, les PMI allemands profitent à l’euro, qui gagne 0,19% face au dollar à 1,1257, poursuivant sur sa lancée de la veille après les propos de la chancelière allemande, Angela Merkel, le jugeant “trop faible” à cause de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

La livre sterling, elle, a dans un premier temps fléchi face au dollar et à l’euro après l’attentat de Manchester, qui a fait 22 morts selon le dernier bilan officiel publié, avant de regagner du terrain. Elle reste toutefois en baisse de près de 0,3% face au yen.

L’explosion qui a eu lieu lundi soir à la sortie d’un concert de la chanteuse pop américaine Ariana Grande à Manchester semble être un attentat suicide selon la police. La campagne des législatives du 8 juin est suspendue après cette attaque, la plus meurtrière au Royaume-Uni depuis 2005.

La réaction des marchés financiers a jusqu’à présent été mesurée. En Asie, la Bourse de Tokyo a fini sur un recul de 0,33%, pénalisée entre autres par les valeurs du transport aérien et du tourisme (-1,73%) après l’attentat, qui fait craindre des répercussions sur l’activité du secteur.

L’indice Stoxx européen du tourisme et du transport aérien recule de 0,12% mais EasyJet et Ryanair évoluent dans le vert.

Plus forte hausse de l’indice Stoxx 600, Nokia gagne 5,98% après l’annonce d’un accord avec Apple qui met fin à leur litige sur un portefeuille de brevets et lui assure des revenus supplémentaires.

Vivendi prend de son côté 2,7% après les déclarations au Wall Street Journal de son président du directoire, Arnaud de Puyfontaine, sur la possibilité d’une mise en Bourse d’Universal Music Group.

A la baisse, le secteur des matières premières abandonne 0,7% avec la baisse des cours des métaux et du pétrole.

Le Brent et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) perdent en effet l’un comme l’autre autour de 0,8%, la perspective d’un accord entre pays producteurs jeudi pour reconduire l’encadrement de la production étant éclipsée par la proposition du président américain, Donald Trump, dans son projet de budget de vendre la moitié des réserves stratégiques de brut des Etats-Unis sur une période de dix ans.

“Ce n’est pas énorme mais ça n’aidera pas les Saoudiens dans leurs efforts”, commente Oystein Berentsen, directeur exécutif du courtier spécialisé Strong Petroleum à Singapour, qui estime qu’un tel plan équivaudrait à mettre sur le marché une moyenne de 95.000 barils par jour d’ici 2027.

Lundi, Wall Street a fini en hausse, le Dow Jones prenant 0,43% et le Nasdaq 0,82%, grâce principalement au soutien des valeurs technologiques et de celles de la défense.

Faisant exception à la tendance générale à la hausse en Europe, la Bourse d’Athènes perd plus de 1,8% au lendemain de la réunion de l’Eurogroupe, incapable de conclure un accord sur le versement d’une nouvelle enveloppe d’aides financières et sur un allègement du fardeau de la dette publique.

Marc Angrand,
reuters

Aller en haut