Accueil / Bourse / Les Bourses européennes s’enfonçent à nouveau à cause de la Chine

Les Bourses européennes s’enfonçent à nouveau à cause de la Chine

Les Bourses européennes s’enfonçent à nouveau à cause de la Chine

La plupart des Bourses européennes ont terminé jeudi en nette baisse, toujours plombées par les inquiétudes sur la santé de l’économie chinoise, et sans indice clair sur les décisions à venir de la banque centrale américaine (Fed).

“Les dévaluations de la semaine dernière ont réveillé des craintes sur une amplification du ralentissement chinois, ce qui prive la croissance mondiale d’un de ses moteurs”, observe Renaud Murail, gérant chez Barclays Bourse.

Les investisseurs ont toujours les yeux rivés sur le marché chinois, qui souffre d’une grande volatilité.

La Bourse de Shanghaï a ainsi terminé sur une chute de près de 3,5%, trébuchant à nouveau après son sursaut de la veille.

Le marché s’est également interrogé sur l’avenir de la politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui “maintient les investisseurs en haleine”, résument les stratégistes de Crédit Mutuel-CIC.

Selon le compte rendu de la dernière réunion de la Fed de fin juillet, ses membres ont encore des doutes sur le bien-fondé d’une hausse imminente des taux d’intérêt alors que l’inflation reste atone et que le ralentissement chinois inquiète.

L’Eurostoxx 50 a lâché 2,23%.

La Bourse de Paris a terminé en fort repli (-2,06%), enregistrant une troisième séance de recul.

L’indice CAC 40 a perdu 100,55 points, à 4.783,55 points, après avoir lâché 1,75% la veille.

Le secteur automobile, exposé à l’économie chinoise, a souffert. Renault a perdu de 4,67% à 75,18 euros, Michelin 1,18% à 86,56 euros, Valeo 2,32% à 109,35 euros et PSA Peugeot Citroën 1,52% à 16,20 euros.

De même, le luxe a été pénalisé avec LVMH (-3,93% à 148,05 euros) et Kering (-2,69% à 162,80 euros).

Plusieurs titres qui avaient récemment grimpé ont été vendus par les investisseurs, à l’instar de Rubis (-4,88% à 64,00 euros), Safran (-2,60% à 68,08 euros) et Veolia (-3,95% à 19,84 euros).

Technip a pris 1,03% à 46,68 euros mais Total a perdu 0,97% à 42,55 euros.

A Londres, l’indice FTSE-100 des principales valeurs a perdu 35,56 points ou 0,56% par rapport à la clôture de la veille, à 6.367,89 points.

Les minières ont cependant repris des couleurs: Randgold a fini en tête de l’indice, en hausse de 5,79% à 4.255 pence. Fresnillo a progressé de 5,63% à 684,50 pence, Anglo American 4,38% à 740,50 pence, Antofagasta 3,53% à 571 pence.

Le reste de l’indice a fini dans le rouge dans cette ambiance morose, malgré une légère progression des ventes de détail en juillet.

Le constructeur Taylor Wimpey a fermé la marche, en baisse de 2,46% à 198,50 pence.

A Francfort, l’indice vedette Dax a clôturé en forte baisse de 2,34% à 10.432,19 points, un recul du même ordre que celui de la veille (-2,14%). Le MDax des valeurs moyennes a lui lâché 2,52% à 19.882,71 points.

L’énergéticien RWE a fini en tête du Dax et limité la casse avec une baisse de 0,20% à 15,27 euros.

Lufthansa (-0,30% à 11,50 euros) et Munich Re (-0,90% à 165,05 euros) ont complété le podium.

Siemens a perdu 1,85% à 90,49 euros.

Deutsche Bank a reculé de 2,99% à 27,41 euros.

Continental a lâché 3,27% à 192,15 euros.

Enfin, Commerzbank (-3,54% à 10,50 euros), Deutsche Telekom (-3,57% à 15,27 euros) et Deutsche Börse (-3,65% à 78,36 euros) ont signé les plus lourdes chutes du jour.

L’indice SMI de la Bourse suisse a clôturé à 9.104,71 points, en baisse de 1,59%.

Toutes les valeurs de l’indice ont été en baisse.

Transocean (-1,65% à 13,11 CHF) étendait ses pertes.

Swisscom (-2,45% à 538 CHF) était également en recul.

Richemont (-2,37% à 74,15 CHF) et Swatch (-0,78% à 379,20 CHF) ont été pénalisés par les exportations horlogères en juillet, qui ont reculé de -9,3%.

Roche (-1,21% à 270 CHF), Novartis (-1,91% à 97,55 CHF) et Nestlé (-1,28%à 73,45 CHF) étaient aussi en repli.

La Bourse de Bruxelles a reculé de 1,48% à 3.544,02 points.

L’assureur néerlandais Delta Lloyd a perdu 3,96% à 10,56 euros.

Le bancassureur KBC a perdu 3,02% à 59,00 euros, et le brasseur AB InBev 3,24% à 100,20 euros.

A l’inverse de la tendance générale, le distributeur Delhaize a grimpé de 3% à 82,07 euros, la seule autre hausse du Bel 20 revenant au groupe de métallurgie Bekaert (+1,23% à 26,41 euros).

L’indice AEX des principales valeurs de la Bourse d’Amsterdam a clôturé en baisse de 2,15% à 459,17 points, la plupart des titres terminant la séance dans le rouge.

La baisse la plus importante a été enregistrée par la holding Altice, qui a cédé 6,73% à 25,24 euros, suivi par le groupe chimique et pharmaceutique DSM, qui a perdu 3,85% à 48,35 euros.

L’indice PSI 20 de la Bourse de Lisbonne s’est replié de 1,08% à 5.436,44 points, entraîné notamment par le groupe pétrolier et gazier Galp Energia (-1,82% à 9,73 euros).

Le groupe diversifié Sonae a perdu 3,74% à 1,16 euros, au lendemain de la présentation de résultats semestriels décevants.

La place portugaise a également été pénalisée par les reculs du producteur d’énergies propres EDP Renovaveis (-1,58% à 6,28 euros) et de l’opérateur de télécommunications NOS (-1,37% à 7,46 euros).

La Bourse de Milan a clôturé en forte baisse, l’indice FTSE Mib cédant 2,60% à 22.378 points.

Ansalto Sts a gagné 0,53% à 9,505 euros et World Duty Free 0,20% à 10,23%.

Mediolanum a chuté de 4,70% à 7,195 euros, Prysmian a perdu 4,60% à 19,89 euros, Finmeccanica a poursuivi sa baisse en abandonnant 4,12% à 11,88 euros, tandis que les blousons de luxe Montcler cédaient 4% à 16,30 euros et Enel Green Power 4% également à 1,726 euro.

La Bourse de Madrid a clôturé en forte chute de 1,81% à 10.587 points.

Gamesa a connu la plus forte chute de la journée, plongeant de 10,17% à 12,90 euros.

ACS a cédé 3,5% à 29,90 euros.

Le groupe textile Inditex a chuté de 2,61% à 30,03 euros.

Indra a en revanche gagné 0,15% à 10,15 euros, et Acerinox a avancé de 0,19% à 10,33 euros.

letemps.ch

Aller en haut