Accueil / Finances / Les entreprises africaines devraient lever 3,1 milliards $ grâce à des IPO en 2016, selon …

Les entreprises africaines devraient lever 3,1 milliards $ grâce à des IPO en 2016, selon …

Les entreprises africaines devraient lever 3,1 milliards $ grâce à des IPO en 2016, selon …

Les entreprises africaines devraient lever 3,1 milliards $ grâce à des IPO en 2016, selon Baker & McKenzie

Les entreprises africaines devraient lever 3,1 milliards de dollars grâce à des IPO en 2016 si elles réalisent la quizaine d’introductions qu’elles ont déjà annoncées, selon un rapport publié le 29 février par le cabinet d’avocats d’affaires international Baker & McKenzie.

Ce montant représente 1,5 milliard de dollars de plus que celui levé en 2015 grâce aux 21 IPO réalisées sur le continent, a-t-on précisé de même source. Il devrait être aussi le plus élevé depuis 2010, ce qui constituerait un pied du nez à une conjoncture marquée par la baisse des cours des matières premières et le retrait massif des capitaux des marchés émergents.

«Quinze IPO sont déjà en cours de préparation, dont celle du groupe nigérian Interswitch spécialisé dans la gestion des processus de paiement au profit des banques et qui opère dans cinq pays africains», a souligné Baker & McKenzie.

Le cabinet leader dans le domaine du conseil en fusions-acquisitions sur les marchés émergents a également précisé que l’introduction d’Interswitch pourrait être la première IPO ayant valeur d’un milliard de dollars en Afrique.

Les autres opérations prévues comprennent notamment la propre introduction de Dar es Salaam Stock Exchange et la double cotation du fonds botswanais spécialisé dans les télécoms et l’immobilier Tadvest’s, à Maurice et en Namibie.

«A l’exception des plus importantes économies africaines, le continent fait encore face à plusieurs défis qui se manifesteront par une faible demande émanant des investisseurs institutionnels et de détail locaux», a souligné Edward Bibko, directeur de la division marchés des capitaux pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique chez Baker & McKenzie.«Cela signifie que les grandes entreprises africaines devraient procéder à des doubles cotations sur des bourses mondiales comme celles de Londres ainsi que sur leurs marchés domestiques», a-t-il ajouté.

agenceecofin.com

Aller en haut