Accueil / Développement / Les experts africains appellent à des politiques d’encouragement pour favoriser les financements écologiques par les PME

Les experts africains appellent à des politiques d’encouragement pour favoriser les financements écologiques par les PME

Les experts africains appellent à des politiques d’encouragement pour favoriser les financements écologiques par les PME

Les gouvernements africains devraient promulguer une série de politiques et de bonus réglementaires pour encourager les petites et moyennes entreprises du continent à emprunter de l’argent afin de mettre en place des projets écologiques, ont déclaré des experts lors d’un forum organisé mercredi à Nairobi.

Des experts de la finance, des dirigeants politiques et des gestionnaires de fonds, qui ont participé à la conférence sur le financement écologique, ont déclaré que le segment naissant des petites et moyennes entreprises africaines a le potentiel de révolutionner l’agenda écologique du continent selon la disponibilité des capitaux, des technologies et de la force de travail qualifiée.

Le secrétaire kenyan au Trésor, Henry Rotich, a indiqué dans ses remarques d’ouverture que le financement écologique a gagné de l’élan en Afrique en accord avec la quête du continent d’accélérer le développement inclusif et faible en dioxyde de carbone.

“Financer des investissements qui génèrent des profits environnementaux permettra aux pays africains d’atteindre un développement résistant, inclusif et durable”, a déclaré M. Rotich, ajoutant qu’une nouvelle vision de la finance écologique dans tous les secteurs économiques stratégiques prend forme en Afrique sub-saharienne.

Le développement de nouveaux cadres politiques et réglementaires est fondamental pour encourager les institutions financières à investir dans des projets écologiques initiés par les petites entreprises en Afrique.
M. Rotich a noté que les start-ups africaines manquent de muscles financiers et techniques pour appliquer des projets écologiques qui impacteront positivement sur la population locale.

“Nous devons trouver des moyens innovants pour encourager le secteur des services financiers et aider les petites et moyennes entreprises à intensifier leurs investissements écologiques”, a expliqué M. Rotich.
Il a ajouté que le gouvernement kenyan s’est uni aux institutions financières pour faire avancer l’agenda écologique via la mobilisation de fonds du marché domestique.
“Nos interventions spécifiques de financements écologiques ont permis aux petites et moyennes entreprises de mettre en place des projets dans les énergies renouvelables, de conservation de l’eau, du transport efficace et de la gestion solide des déchets”, a expliqué M. Rotich.

Les investissements écologiques des petites et moyennes entreprises africaines débloqueront le potentiel économique du continent tout en renforçant sa réponse au changement climatique.
Le PDG d’African Guarantee Fund, Felix Adahi Bikpo, a appelé les directeurs de fonds et les prêteurs internationaux à investir dans les start-ups pionnières dans les projets écologiques significatifs du deuxième plus grand continent du monde.

“Les petites et moyennes entreprises africaines sont le vrai moteur de la croissance. Elles ont besoin de financements écologiques, de technologies et d’innovations pour créer de nouveaux emplois et réduire les impacts du changement climatique”, a indiqué M. Bikpo.
Le marché africain de la finance écologique peut grandir si la volonté politique et des politiques amicales sont là.

Jeremy McDaniels, directeur programme de l’Enquête sur le design du système financier durable du PNUE, a expliqué qu’investir dans les projets écologiques appartenant aux petites entreprises africaines les protègera des chocs tout en augmentant leur base de revenus. F

Agence de presse Xinhua

Aller en haut