Accueil / Développement / Les industriels tunisiens du textile et habillement créent leur fédération

Les industriels tunisiens du textile et habillement créent leur fédération

Les industriels tunisiens du textile et habillement créent leur fédération

La Fédération tunisienne du textile et de l’habillement (FTTH), nouveau syndicat patronal, a pour mission de défendre le secteur textile.

La FTTH a tenu, jeudi 4 mai 2017, à Sousse, la 1ère réunion de ses adhérents depuis sa création en mars dernier, qui a rassemblé 528 chefs d’entreprises employant plus de 120.000 personnes sur les 172 000 que compte le secteur, soit près de 70% de l’emploi des branches textile et habillement en Tunisie.

Devant cet auditoire d’industriels et d’investisseurs tunisiens et étrangers, le comité provisoire de la FTTH a exposé les motivations de la création de cette nouvelle instance patronale, sa stratégie et ses objectifs pour défendre de manière plus active les intérêts des entreprises du secteur, à l’échelle nationale et internationale.

Les règles de représentativité de la FTTH, basées sur une volonté d’animation participative issue de la base en direction d’un Conseil national représentatif, ont également été longuement expliquées.

Sont désormais représentés au sein de la FTTH, l’ensemble des filières du secteur et toutes les régions concernées par le secteur textile en Tunisie, sans exclusion.

Validés à main levée par une large majorité des adhérents, ces différents points ont donné lieu à l’adoption d’une motion validant les statuts de la FTTH et nommant un conseil national provisoire, qui est chargé d’organiser les prochaines élections des instances dirigeantes et, dans l’intervalle, de constituer une force de propositions auprès des principaux intervenants du secteur.

La 1ère mission du conseil national provisoire consiste à renégocier l’accord global sur l’augmentation des salaires dans le secteur privé signé le 10 mars dernier par l’Utica, sans concertation ni prise en compte de la spécificité du secteur textile et de sa fragilité économique conjoncturelle.

Cette augmentation fait en effet peser sur les entreprises textiles un surcoût de charges de 12,35% alors même que la masse salariale représente déjà 70 à 75% des coûts de production du secteur.

Cet accord fait donc peser un grave danger sur leur compétitivité à l’export et donc sur leur pérennité. Nombres d’entreprises, déjà essoufflées, seront étouffées par cette augmentation, menaçant l’emploi existant et annihilant totalement la perspective de création de nouveaux emplois.

De manière plus globale, la FTTH entend développer son appui conseil aux entreprises textile, défendre leurs intérêts avec énergie et force, afin de redonner à ce secteur fleuron de l’économie tunisienne, dirigé à 90% à l’export et à ce titre, générateur de devises, la place légitime qui lui revient.

Source : communiqué.

kapitalis.com

Aller en haut