Accueil / International / Les investissements du prince saoudien Alwalid

Les investissements du prince saoudien Alwalid

Les investissements du prince saoudien Alwalid

Les autorités saoudiennes ont procédé à une spectaculaire vague d’arrestations touchant les plus hauts cercles du pouvoir et de la famille royale, renforçant de fait la mainmise du prince héritier Mohamed ben Salman sur les affaires du royaume.

Onze princes, des dizaines d’anciens membres du gouvernement et quatre ministres en exercice ont été arrêtés à la demande d’un nouvel organe de lutte contre la corruption, dont le roi Salman a annoncé la création et confié la présidence au prince héritier.

Parmi les personnalités arrêtées, figure le prince Alwalid ben Talal, neveu du roi, richissime homme d’affaires et principal actionnaire de la société d’investissement Kingdom Holding, présente un peu partout dans le monde.

Voici la liste des personnes morales dans lesquelles le prince possède des participations, soit directement soit par le biais de Kingdom Holding:

Services Financiers:

Banque Saudi Fransi (16,19%)

Citigroup

Technologie:

Apple AAPL.O

Careem

Lyft

Motorola

Twitter

Grande consommation et distribution:

eBay

Fashion Village Trading Company

Jingdong

Saks Incorporated

Savola

Edition:

Time Warner

Twenty-First Century Fox

Divertissement:

Euro Disney

Pétrochimie:

National Industrialisation Company (6,23%)

Aviation:

Maison-mère de Flynas (34,08%)

Education:

Kingdom Schools

Santé:

Medical Services Projects Company

Capital investissement:

Kingdom Africa Management

Hotellerie:

Four Seasons, George V, Paris

The Plaza, New York

Savoy Hotel, Londres

Gestion hotelière:

Fairmont Raffles Holding International

Four Seasons Hotels and Resorts

IFA Hotels and Resorts

Kingdom Hotel Investments

Mövenpick Hotels and Resorts

Immobilier:

Ballast Nedam

Canary Wharf (Songbird Estates)

Jeddah Economic Company

Kingdom Centre

Kingdom City

Kingdom Riyadh Land

Source: site internet de Kingdom Holding, site internet

de Tadawul, Reuters

Bureau de Dubaï,
Wilfrid Exbrayat
reuters

Aller en haut