Accueil / Mines & Energies / Les investissements effectués par le groupe Dangote Cement commencent à porter leurs fruits

Les investissements effectués par le groupe Dangote Cement commencent à porter leurs fruits

Les investissements effectués par le groupe Dangote Cement commencent à porter leurs fruits

Les investissements effectués par le groupe Dangote Cement commencent à porter leurs fruits.

Les investissements africains du groupe nigérian Dangote Cement commencent à porter leurs fruits, a-t-on appris d’un commentaire effectué par son directeur général, Onne Van Der Weijde, au moment de la publication de ses résultats intermédiaires comptant pour le premier trimestre 2015. « Bien qu’on y soit encore à nos début, on peut percevoir un bon potentiel de rentabilité pour chacun des pays où nous affichons une expansion », a fait savoir M. Van der Weijde.

Il ressort en effet des résultats, que le chiffre d’affaires (114,7 milliards de nairas, soit environ 577 millions $) du premier groupe cimentier nigérian s’est affiché en hausse de 10,8% sur la période, comparé à celui de 2013. Le résultat net lui ressort à 68,6 milliards de nairas (344,6 millions $), en hausse de 44,5% comparé à celui du premier trimestre 2013.

La principale explication à cette performance tient à la hausse des volumes de ciment produits. Ils ont atteint 3,8 millions de tonnes sur la période, tirés par les contributions de nouvelles usines notamment au Sénégal, au Cameroun, mais aussi au Nigéria où le groupe a lancé de nouvelles unités de production. Le groupe avoue aussi avoir profité de la baisse des prix du pétrole, qui a eu un impact réducteur sur les dépenses énergétiques, permettant ainsi d’avoir une politique des prix plus flexible

L’annonce des résultats n’a cependant pas eu l’effet d’un boost sur les performances boursières de l’entreprise. Après une période de hausse soutenue entre mars (+4,58%) et avril 2015 (10,08%) son titre connait des hauts et des bas depuis le début du mois de mai.

Dans le même temps, de nombreux investisseurs institutionnels étrangers semblent encore observer l’évolution des choses sur le Nigeria Stock Exchange, après les désinvestissements massifs du début d’année, du fait notamment de l’incertitude qui planait sur les élections et un contexte macroéconomique touché par la baisse des prix du pétrole, la principale ressources de revenus du pays.

Idriss Linge
agenceecofin.com

Aller en haut