Accueil / Mines & Energies / Les jours de l’oligopole des producteurs sont comptés

Les jours de l’oligopole des producteurs sont comptés

Les jours de l’oligopole des producteurs sont comptés

Avec le bond de la demande de lithium, une foule de projets miniers a éclos. Et de nouveaux types de gisements ont été trouvés.

Une mine qui rouvre. L’événement est devenu rare dans ce secteur en crise partout dans le monde, où l’heure est aux arrêts de maintenance sinon aux fermetures. A l’ouest de l’Australie, pourtant, la mine à ciel ouvert de lithium de Mt Cattlin devrait à nouveau fonctionner d’ici à la fin du mois. Elle avait fermé ses portes en 2012 mais l’envolée de la demande, notamment chinoise, et la montée des prix a décidé son propriétaire Galaxy Resources à relancer l’activité. Et la quasi-totalité de la production annuelle de concentré a même été vendue d’avance à deux acheteurs basés en Chine, a fait savoir l’entreprise.

Des projets comme celui de Mt Cattlin ont fleuri récemment. Citigroup en a recensé seize, notamment au Canada, aux Etats-Unis, en Australie et en Argentine. Le pays sud-américain, deuxième producteur mondial, forme, avec le Chili (n° 1) et la Bolivie le « triangle du lithium » : au coeur de la région des grands lacs salés, qui abriterait 60 % à 70 % des réserves connues de la planète. Ces projets miniers pourraient transformer l’offre mondiale de lithium. « En 2014, quatre entreprises ont produit la majorité du métal consommé sur Terre [les américains Albemarle et FMC, le chilien SQM et le chinois Tianqi, NDLR], explique Citigroup. Mais, pour les analystes de la banque, cette structure d’oligopole va disparaître car la hausse des prix va permettre à une multitude de nouveaux entrants d’augmenter la production. »

Ascension fulgurante

Certaines sociétés juniors cotées en Bourse ont connu ces derniers mois une ascension fulgurante. L’australien General Mining, associé de Galaxy Resources dans la mine de Mt Cattlin, a ainsi vu son action s’envoler de plus de 1.000 % en un an à Sydney. Un autre australien, Pilbara Minerals, a bondi de 1.200 % depuis 2014.

Les besoins grandissants en lithium ont en outre relancé la recherche géologique. « On s’était peu intéressé à l’exploration du lithium jusqu’à récemment, raconte Patrice Christmann, directeur adjoint de la stratégie du BRGM (bureau de recherches géologiques et minières), spécialiste des ressources minérales. Aujourd’hui, de nouveaux gisements ont été découverts, dans le Nevada, au nord du Mexique ou encore en Serbie. » En Serbie, ce n’est d’ailleurs pas une petite société minière qui s’est lancée, mais Rio Tinto. Le conglomérat veut être l’une des premières majors à profiter de ce petit marché.

Muryel Jacque / Journaliste au service Marchés
lesechos.fr

Aller en haut