Accueil / Développement / Les parcs industriels éthiopiens construits par la Chine attirent des producteurs mondiaux de textiles

Les parcs industriels éthiopiens construits par la Chine attirent des producteurs mondiaux de textiles

Les parcs industriels éthiopiens construits par la Chine attirent des producteurs mondiaux de textiles

Les trois nouveaux parcs industriels construits par la Chine, récemment inaugurés en Éthiopie, attirent des entreprises étrangères orientées vers l’exportation au secteur de la production de textile et d’accessoires du pays de l’Afrique de l’Est.

Les trois parcs industriels, Hawassa, Mekelle et Kombolcha, ont été construits dans le cadre des efforts de l’Ethiopie pour devenir le centre de fabrication d’Afrique. Situés dans le sud et le nord du pays, ils ont commencé à attirer des sociétés étrangères renommées qui sont orientées vers l’exportation dans la deuxième nation d’Afrique la plus peuplée.

L’Ethiopie dispose d’un plan visant à augmenter son chiffre d’affaires actuels de proche de 150 millions de dollars provenant de l’exportation de textiles et d’accessoires à plus d’un milliard de dollars.
Le parc d’Hawassa, situé à environ 275 km au sud de la capitale Addis-Abeba et considéré comme le parc industriel phare de l’Éthiopie, a déjà commencé à générer des devises étrangères.
Parmi les entreprises qui ont commencé leur production dans ses locaux, se trouvent TAL Textiles basée à Hong Kong.

Selon un rapport récent de l’Institut éthiopien du développement de l’industrie textile, environ 1,5 million de dollars sont générés par mois de l’exportation de produits textiles et d’accessoires du parc industriel d’Hawassa.

Le pays de l’Afrique de l’Est s’attend à générer un quart de son objectif de devises étrangères fixé à plus de 400 millions de dollars pour l’exercice en cours uniquement du parc industriel d’Hawassa.
Selon l’Institut, huit usines exportent actuellement leurs produits à l’étranger, tandis que dix autres ont décidé de commencer leur exportation à partir de septembre.
Mekelle, un autre parc industriel, situé à environ 783 km au nord de la capitale, attire également une grande partie des entreprises internationales.

Le parc, qui recrute actuellement des entreprises dans ses locaux, a récemment révélé que sept entreprises étrangères ont déjà obtenu des terrains pour commencer à assembler des usines de fabrication de textiles et d’accessoires.

Parmi les sept entreprises étrangères de textile et d’accessoires qui ont bénéficié de leur espace dans le parc industriel de Mekelle, on trouve des entreprises bangladeshies de renom orientées vers l’exportation.
Le parc industriel Kombolcha, qui est également construit par la Société chinoise de génie civil (CCECC), est également en plein essor et attire diverses entreprises étrangères.
Le groupe Trybus, une société de fabrication de matériaux de textiles et d’habillement aux États-Unis, est la dernière entreprise qui a montré l’intérêt de construire ses usines dans les locaux du parc industriel Kombolcha récemment inauguré, à environ 252 km au nord de la capitale.

En signant un accord avec la Commission éthiopienne de l’investissement au début de la semaine, le groupe a obtenu 5.500 mètres carrés pour construire son usine dans la zone industrielle de Kombolcha.
Le Premier ministre éthiopien Hailemariam Desalegn, s’exprimant en rapport avec l’ambition de son pays d’attirer des exportateurs de classe mondiale, a déclaré que l’environnement économique favorable de l’Ethiopie amène un nombre croissant d’investisseurs étrangers, affirmant que le pays “a attiré un énorme investissement direct étranger (IDE) malgré la crise économique mondiale”.
Alors que l’Ethiopie est en train de devenir le centre de fabrication d’Afrique et l’un des principaux exportateurs de textiles et d’accessoires, le gouvernement s’attend à ce que les trois parcs industriels attirent un grand nombre d’entreprises étrangères compétitives.

Le pays a budgétisé plus d’un milliard de dollars pour la construction de parcs industriels dans son deuxième plan quinquennal de croissance et de transformation (GTP-II) pour la période 2015-2020.

Agence de presse Xinhua

Aller en haut