Accueil / Développement / Les perspectives économiques de la Namibie devraient s’améliorer

Les perspectives économiques de la Namibie devraient s’améliorer

Les perspectives économiques de la Namibie devraient s’améliorer
A LIRE AUSSI...
   L’importance de la révision dans la contraction estimée de l’économie namibienne au premier trimestre de cette année et l’orientation de ce changement suggèrent une reprise de l’activité à l’avenir, a estimé le ministre namibien des Finances, Calle Schlettwein.

Dans un communiqué publié mercredi à l’occasion de la Revue de l’économie et du budget de milieu d’exercice 2017, le ministre a indiqué qu’il anticipait dans son scénario central un alignement des perspectives économiques du pays sur les tendances avancées de la région, et qu’une mise en œuvre bien minutée et efficace des interventions politiques pourrait renforcer le potentiel de croissance.

“Toutefois, nous n’avons pas d’échanges commerciaux avec les économies de la région qui connaissent la croissance la plus rapide, aussi nos perspectives de croissance restent positives mais contenues”, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne les évolutions et perspectives économiques nationales, M. Schlettwein a affiché une confiance raisonnable dans une amélioration de l’activité économique et des perspectives cette année par rapport à l’année dernière.

“Nous anticipons une croissance de 1,8% à 2,3% par an”, a-t-il dit.

Selon M. Schlettwein, la comptabilité nationale pour le second trimestre, publiée récemment par l’agence de statistiques du pays, suggèrent une activité économique contenue mais en progression modeste dans les principaux secteurs de l’économie.

“En particulier, les paiements anticipés de factures en suspens découlant des engagements budgétaires 2016-2017 et engagements supplémentaires ont permis d’injecter une liquidité bienvenue sur le marché et d’améliorer les bilans des prestataires concernés”, a-t-il ajouté.

Au niveau mondial, par ailleurs, le ministre a affiché une confiance prudente dans un renforcement de l’activité économique estimée par le Fonds monétaire international, à un taux de croissance mondial de 3,5% en 2017 et 3,6% en 2018, ce qui aurait des retombées positives sur la région africaine par le biais des flux de commerce et d’investissement.

WINDHOEK, 27 septembre (Xinhua)

Aller en haut