Accueil / Finances / Les profits de Bank of America victimes des taux bas

Les profits de Bank of America victimes des taux bas

Les profits de Bank of America victimes des taux bas

La banque américaine a publié un bénéfice net trimestriel en recul de 19,5 % à 3,87 milliards de dollars. L’établissement réalise néanmoins une performance meilleure que prévu.

Malgré un contexte difficile, la deuxième banque américaine par les actifs a réalisé au deuxième trimestre une performance meilleure qu’attendu. Le bénéfice net part du groupe ressort certes en baisse de 19,5% à 3,87 milliards de dollars, pour un produit net bancaire, équivalent du chiffre d’affaires, de 20,4 milliards de dollars. Mais l’établissement a publié un bénéfice par action, référence pour les investisseurs de Wall Street, à 36 cents contre 33 cents selon le consensus des analystes interrogés par l’agence Bloomberg.

La chute des profits s’explique notamment par une augmentation des provisions pour créances douteuses qui ont progressé de 25 % à 976 millions de dollars. L’établissement fait état d’un « rythme plus lent dans l’amélioration de son portefeuille » lié aux consommateurs, tout en se montrant confiant : « globalement la qualité des crédits demeure solide ». La banque souffre également du recul du revenu net des intérêts qui a baissé de 12 % à 9,2 milliards de dollars. Cette chute est liée à l’environnement de taux bas , alimenté par les politiques monétaires accommodantes menées par les banques centrales.

Le Fixed Income en hausse de 22%, réduction des coûts

En fin de compte, c’est surtout l’activité de trading qui soutient les résultats de la banque. Les revenus ont progressé de 12 % à 3,7 milliards de dollars. La division Fixed Income (taux, devises, matières premières) a vu son chiffre d’affaires grimper de 22 % à 2,62 milliards. Le trading sur les marchés actions a cependant vu son chiffre d’affaires perdre 7,6 % à 1,09 milliards. Par ailleurs, Bank of America a réduit ses coûts de 3,3 % à 13,49 milliards de dollars sur la période. L’établissement a, entre autres, lancé un plan de restructuration visant à supprimer environ 8.000 emplois dans sa banque de particuliers.

Il s’agit de la quatrième banque à publier ses résultats après JPMorgan, Citigroup et Wells Fargo . Ceux des grands rivaux dans la banque d’investissement – Goldman Sachs et Morgan Stanley – sont attendus respectivement mardi et mercredi.

Etienne Goetz
lesechos.fr

Aller en haut