Accueil / Bourse / Les tensions géopolitiques font plier la Bourse de Paris

Les tensions géopolitiques font plier la Bourse de Paris

Les tensions géopolitiques font plier la Bourse de Paris

Le Cac 40 oscille autour des 4.800 points sur fond de tensions entre la Russie et la Turquie. Les valeurs liées au tourisme et au luxe sont les plus touchées.

La montée des tensions entre la Russie et la Turquie pèse sur les Bourses mondiales, venant alourdir un climat déjà dégradé par les attentats du 13 novembre à Paris. Les considérations sécuritaires sont en effet alimentées par le prolongement de l’état d’alerte maximal en Belgique et la mise en garde du Département d’Etat américain à ses ressortissants contre les risques liés aux voyages après les attentats de Paris. Les valeurs liées au tourisme et au luxe sont en conséquence les plus touchées. A Wall Street, les titres des compagnies aériennes américaines accusent des baisses de l’ordre de 3%.
A l’inverse, les obligations d’Etats et l’or sont recherchés, tandis que la livre turque et le rouble accusent les plus fortes baisses de l’ensemble des devises par rapport au dollar. Dans ce contexte, les indicateurs économiques du jour sont relégués au second plan, et notamment la progression surprise de l’indice Ifo du climat des affaires en Allemagne en novembre et la révision en hausse du PIB des Etats-Unis à 2,1% au troisième trimestre, contre 1,5% précédemment estimé. A l’inverse la confiance du consommateur américain s’est dégradée en novembre, l’indice établi par le Conference Board abandonnant 8,1 points à 90,4, son plus bas niveau depuis septembre 2014.
A 16h30, le Cac 40 recule de 1,84% à 4.799,11 points dans un volume d’affaires de 2,5 milliards d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien perd 0,52%, le Dax de la Bourse de Francfort 1,48% et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro 1,34%, tandis que le Micex de la Bourse de Moscou abandonne 3,30%.
Les trois grands indices new yorkais cèdent entre 0,4% et 0,8%.

Le ton monte entre Moscou et Ankara

Vladimir Poutine a qualifié de « coup de poignard dans le dos » la destruction d’un avion de combat russe par la chasse turque près de la frontière turco-syrienne, et déclaré que cet incident aura « de très graves conséquences » sur les relations entre Moscou et Ankara. La Turquie avait annoncé ce matin que le pilote de l’appareil abattu n’avait pas répondu aux injonctions lui signalant qu’il violait son espace aérien.
Conséquence de ce regain de tensions, le baril de Brent de la mer du Nord progresse de 2,1% à 46 dollars, un plus haut de deux semaines. Les cours restent par ailleurs soutenus par l’engagement de l’Arabie saoudite à collaborer avec les autres pays producteurs pour stabiliser le marché. Les traders se tiennent néanmoins sur leurs gardes avant la réunion de l’Opep, en fin de semaine prochaine.

Tourisme et luxe sous pression, Peugeot et les pétrolières rescapés du Cac 40

Zodiac Aerospace abandonne 6,27% à 22,88 euros, sanctionné pour ses résultats et ses prévisions. L’équipementier aéronautique a annoncé une baisse de 44,6% de son résultat opérationnel 2014-2015, qui a notamment pâti de retards de production dans sa division sièges d’avions. Zodiac table sur une remontée de sa marge opérationnelle courante aux environs de 10% en 2015-2016 et de 12% l’année suivante.
Dans le même secteur, l’avionneur Airbus Group perd 2,54% à 64,84 euros et le motoriste Safran 1,74% à 66,82.
Les valeurs liées au tourisme et au luxe plient également. Accor recule de 6,19% à 38,06 euros, Air France-KLM de 3,04% à 6,337, LVMH de 5,34% à 153,20, Kering de 3,53% à 160,10 et Hermès de 3,54% à 320,50.
Unibail-Rodamco baisse de 5,11% à 236,10 euros. Goldman Sachs a dégradé le titre de « neutre » à « vendre ».
Altice décroche de 9,39% à 12,93 euros après l’annonce par Next, holding personnelle de Patrick Drahi, de la cession de 7,5% du capital.
Total (+0,42% à 45,98), Technip (+1,14% à 48,29) et Vallourec (+1,35% à 9,526) progressent dans le sillage des cours du brut.
Peugeot gagne 0,38% à 16,04 euros. UBS a relevé sa recommandation sur le titre de « vendre » à « neutre ».

JOHN WIBURG
lesechos.fr

Aller en haut