Accueil / Finances / L’IFC a engagé 3,6 milliards $ en Afrique subsaharienne durant son exercice…

L’IFC a engagé 3,6 milliards $ en Afrique subsaharienne durant son exercice…

L’IFC a engagé 3,6 milliards $ en Afrique subsaharienne durant son exercice…

L’IFC a engagé 3,6 milliards $ en Afrique subsaharienne durant son exercice fiscal clos le 30 juin 2015

La Société financière internationale (SFI/ IFC), filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, a annoncé dans un communiqué publié le 15 septembre avoir engagé 3,6 milliards de dollars dans des financements et des mobilisations de long terme en Afrique subsaharienne au cours de son exercice fiscal 2015 clos le 30 juin dernier, contre 3 milliards de dollars durant l’exercice précédent (+ 20%). «L’augmentation des investissements d’IFC en Afrique en 2015 est le reflet des opportunités d’investissement et de notre capacité à cibler les secteurs clés essentiels pour le développement de l’Afrique », a déclaré Oumar Seydi, Directeur de l’IFC pour l’Afrique de l’Est et australe, cité dans le communiqué.

L’IFC a expliqué dans ce cadre que sa stratégie en Afrique vise à combler les lacunes de la région en termes d’infrastructures, bâtir des industries productives et mener des approches commerciales inclusives par le biais du financement des entreprises privées et de la fourniture de conseils au secteur privé et aux gouvernements. L’institution a ainsi accordé des financements d’un montant total de 1,1 milliard de dollars au secteur privé de dollars au cours de son dernier exercice fiscal en vue de développer les infrastructures par le biais du transport de l’énergie et des services collectifs. «L’IFC cherche à s’appuyer davantage sur le secteur privé pour répondre aux besoins cruciaux, en particulier l’accès à l’énergie et à d’autres infrastructures » a déclaré Vera Songwe (photo), directrice de l’institution pour l’Afrique de l’Ouest et centrale.

L’IFC a également précisé avoir engagé 246 millions de dollars dans des environnements fragiles et touchés par des conflits en Afrique subsaharienne, soutenant des projets dans les secteurs de la finance, de l’exploitation minière, des infrastructures et des petites entreprises. Cela incluait des engagements de nouveaux investissements d’un montant total de plus de 80 millions de dollars dans des sociétés et institutions financières en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone dans le cadre d’un objectif triennal de 450 millions de dollars visant à augmenter les nouveaux investissements dédiés à la lutte contre Ebola et au soutien du redressement économique dans les pays les plus affectés par l’épidémie.

L’institution membre du groupe de la Banque mondiale a, d’autre part, investi 1,2 milliard de dollars, y compris des capitaux mobilisés auprès de partenaires, dans le secteur financier en Afrique. Dans le même temps, IFC a octroyé plus de 500 millions de dollars pour encourager des industries clés, notamment l’agroalimentaire et les soins de santé.

L’IFC note par ailleurs que ses investissements en Afrique subsaharienne au cours du dernier exercice fiscal ont eu un important impact sur le développement de l’Afrique. Elle précise en effet que ces nouveaux investissements ont produit de l’électricité pour 14 millions de personnes, raccordé 2,7 millions de nouveaux abonnés aux services de téléphonie, touché plus d’un million d’agriculteurs, délivré des soins de santé à un million de patients et octroyé des prêts à deux millions d’entrepreneurs au sud du Sahara.

agenceecofin.com

Aller en haut