Accueil / International / L’immigration, principale préoccupation des Européens

L’immigration, principale préoccupation des Européens

L’immigration, principale préoccupation des Européens

Sondage Avec 38%, l’immigration devance de loin la situation économique (27%) et le chômage (24%) comme sujets de préoccupation selon un sondage au sein de l’UE.

L’immigration est désormais la principale préoccupation des citoyens européens, devant les questions économiques et le chômage, selon un baromètre réalisé fin mai dans les Etats membres de l’Union européenne et les pays candidats, et rendu public fin juillet par la Commission européenne.

En novembre dernier, la situation économique, l’emploi et les déficits publics faisaient partie des inquiétudes numéro un des citoyens européens, selon une précédente enquête. L’immigration était alors en quatrième position (à 24%).

Devant le chômage

Depuis, avec 38% (+14 points), l’immigration devance de loin la situation économique (27%, -6 points), le chômage (24%, -5 points) et les finances publiques (23%, -2 points) comme sujets de préoccupation. Elle est l’inquiétude la plus fréquemment citée dans 20 États membres, avec des records à Malte (65%), confronté à l’arrivée massive de migrants, ainsi qu’en Allemagne (55%).

En Italie, où des dizaines de milliers de migrants affluent après de périlleuses traversées de la Méditerannée, l’immigration est la principale préoccupation des personnes interrogées (43%). En France, ce sujet est une préoccupation pour 34% de la population interrogée, avant l’économie (30%).

Le terrorisme inquiète

Autre préoccupation qui gagne du terrain: le terrorisme, dont les craintes ont également augmenté de manière significative depuis novembre 2014 dans l’ensemble de l’Union européenne (17%, +6 points).

L’enquête Eurobaromètre est le second sondage d’opinion réalisé à l’échelle de l’UE depuis l’entrée en service de la Commission Juncker en novembre 2014. Elle est fondée sur des entretiens individuels menés courant mai, au cours desquels plus de 31.000 personnes ont été interrogées.

(cht/afp)/tdg.ch

Aller en haut