vendredi 22 janvier 2021
Accueil / Développement / “L’impact de la croissance de la ZLECAf en Afrique est trop faible pour affecter les notations” Fitch

“L’impact de la croissance de la ZLECAf en Afrique est trop faible pour affecter les notations” Fitch

“L’impact de la croissance de la ZLECAf en Afrique est trop faible pour affecter les notations” Fitch

L’agence de notation de crédit Fitch Ratings a déclaré que la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) ne modifiera pas les notations, mais qu’elle pouvait être positive du point de vue du crédit à long terme.

Pour l’agence, la notation ” peut être positif, du point de vue de l’analyse du crédit, à long terme si la libéralisation du commerce conduit à un meilleur environnement global des affaires et à une croissance économique plus forte en Afrique”. L’accord pourrait à long terme impacter positivement sur les politiques économiques et soutenir la croissance économique, influençant ainsi indirectement la qualité du crédit

La ZLECAf, qui est entrée en vigueur le 1er janvier 2021, devrait réduire les barrières tarifaires et non tarifaires entre ses 54 États membres africains, englobant tous les membres de l’Union africaine (UA) à l’exception de l’Érythrée. L’accord engage les signataires à éliminer progressivement les droits de douane sur 90% des marchandises et prévoit des mécanismes de résolution des différends commerciaux. Il comprend également l’ambition d’abaisser les barrières commerciales non tarifaires, de libéraliser le commerce des services et de faire progresser la reconnaissance mutuelle des normes et la protection de la propriété intellectuelle.

La Zlecaf crée un marché unique de 1,3 milliard de personnes avec un produit intérieur brut (PIB) de 3,4 milliards de dollars, soit environ 2,7 milliards d’euros, et couvre le grande majorité des pays africains.

En outre, pour Fitch, la ZLECAf ne devrait pas affecter la solvabilité souveraine, car il est peu probable qu’elle entraîne un changement significatif des perspectives économiques à court terme. “D’autres facteurs, y compris l’impact et la réponse politique au Covid-19 et la stabilité macroéconomique en général, exerceront une influence plus forte sur les notations souveraines. Néanmoins, l’AfCTFA a le potentiel à plus long terme d’avoir un effet positif sur les politiques économiques et de soutenir indirectement la croissance et la solvabilité”, indique l’agence.

financialafrik

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut