samedi 19 septembre 2020
Accueil / Tic & Telecoms / L’investissement TIC des gouvernements de la zone MEA dépassera 15 milliards $ en 2023

L’investissement TIC des gouvernements de la zone MEA dépassera 15 milliards $ en 2023

L’investissement TIC des gouvernements de la zone MEA dépassera 15 milliards $ en 2023

Selon International Data Corporation (IDC), les gouvernements du Moyen-Orient et d’Afrique (MEA) ont dépensé 12,8 milliards de dollars en technologies de l’information et de la communication (TIC) en 2019. D’ici 2023, la société mondiale de recherche et de conseil en technologie prévoit une augmentation de cet investissement à plus de 15 milliards de dollars, représentant un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 4,8%.

IDC indique que pendant que les gouvernements s’efforcent d’améliorer la gestion de leurs centres de données et la précision des services et des informations, l’intelligence artificielle (IA) constituera un domaine clé d’investissement d’ici 2023. La blockchain devrait également susciter un plus grand intérêt. La technologie, qui devient un puissant outil gouvernemental pour réduire la fraude, renforcer la sécurité et établir de nouvelles relations avec les citoyens, a mobilisé un investissement de 21 millions de dollars en 2019 et devrait atteindre 105 millions de dollars d’ici 2023.

Jyoti Lalchandani (photo), le vice-président du groupe IDC et directeur général de la région Moyen-Orient, Turquie et Afrique, justifie la montée de l’investissement dans les TIC par la pression croissante que subissent les gouvernements de la région pour devenir à la fois plus efficients et plus efficaces.

Il note cependant que les investissements prévisionnels dans les TIC, bien qu’ils s’annoncent en hausse, pourraient être plus importants. La faute à la faible préparation de nombreuses organisations gouvernementales à une refonte numérique.

« Que ce soit pour trouver des moyens d’intégrer la 5G, l’IA et la blockchain, ou de se protéger contre les intrusions dans la confiance numérique, les agences gouvernementales ont un tout nouvel ensemble des compétences informatiques à apprendre », estime Jyoti Lalchandani.

agenceecofin

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Champs obligatoires marqués par *

*

Aller en haut