Accueil / Finances / Lloyd’s envisage de s’implanter au Maroc et en Tanzanie pour étendre ses activités en Afrique

Lloyd’s envisage de s’implanter au Maroc et en Tanzanie pour étendre ses activités en Afrique

Lloyd’s envisage de s’implanter au Maroc et en Tanzanie pour étendre ses activités en Afrique

Le marché d’assurance britannique Lloyd’s envisage de s’implanter au Maroc et en Tanzanie pour étendre ses activités en Afrique, a rapporté le journal marocain L’Economiste, citant un dirigeant de ce réseau d’assureurs.

«Nous sommes en train de voir avec Casablanca Finance City l’option d’une installation physique. Cela nous donnera des possibilités pour explorer toute la région Afrique», a déclaré le directeur des marchés mondiaux à Lloyd’s, Vincent Vandendael, à L’Economiste. «Outre le Maroc, il y a un intérêt pour la Tanzanie où nous sommes en discussion avec le régulateur», a-t-il ajouté.

M. Vandendael a précisé, dans ce cadre, que ce processus d’implantation au Maroc et en Tanzanie pourrait prendre plus de temps que prévu au regard des spécificités du réseau Lloyd’s.

«Le processus peut paraître long mais, de nouveau, je vous rappelle que nous ne sommes pas une compagnie, mais un marché composé de 56 assureurs et la décision n’est pas aussi facile que pour une compagnie. En Inde par exemple, il a fallu modifier les lois pour reconnaître Lloyd’s comme un marché», a-t-il dit.

Lloyd’s est un marché de l’assurance tricentenaire dans lequel des assureurs, qu’ils soient des personnes physiques traditionnellement connus sous l’appellation de Names, ou des personnes morales, se réunissent pour assurer des risques conjointement.

M. Vandendael a, par ailleurs, indiqué que son groupe pourrait offrir de nouveaux produits en Afrique. «Lloyd’s est principalement un réassureur et, pour l’Afrique, nous pourrions apporter une aide aux assureurs locaux mais aussi fournir des produits pour soutenir le continent dans sa croissance et son développement dans l’énergie, à la fois onshore et offshore, la marine, l’aviation, le transport, la construction et les assurances agricoles. L’autre soutien réside au niveau des catastrophes naturelles et en cela, nous avons une expertise», a-t-il suggéré.

agenceecofin.com

Aller en haut