Accueil / Mines & Energies / L’Opep veut résorber davantage les stocks de pétrole

L’Opep veut résorber davantage les stocks de pétrole

L’Opep veut résorber davantage les stocks de pétrole

* L’Opep veut des stocks proches de leur moyenne sur 5 ans
* Arabie Saoudite et Azerbaïdjan pour une prolongation de
l’accord
* L’Irak croit à un consensus à la réunion ministérielle de
mai
* L’accord devrait être prolongé au-delà de juin, dit
l’Angola

(Actualisé avec détails, ministres saoudien, azerbaïdjanais,
irakien et angolais)
par Alex Lawler et Bate Felix
PARIS, 27 avril (Reuters) – L’Opep veut que les stocks de
pétrole diminuent davantage et s’emploie à assurer une décision
consensuelle lors de sa réunion ministérielle prévue en mai, a
déclaré mercredi le secrétaire général de l’organisation,
suggérant une prolongation de l’accord d’encadrement de la
production.
Le cartel, la Russie et 10 autres États non membres se sont
engagés à réduire la production pétrolière de 1,8 million de
barils par jour (bpj) pendant six mois à compter du 1er janvier
dernier, afin de faire remonter les cours et de rééquilibrer le
marché mondial, jusqu’alors excédentaire.

L’Opep et des producteurs de pétrole non membres de
l’organisation doivent se rencontrer lors la réunion
ministérielle prévue le 25 mai à Vienne dans le cadre des
consultations sur une éventuelle prolongation de cet accord.
Réunis à Paris pour une conférence, le secrétaire général de
l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, Mohammad
Barkindo, et d’autres responsables du cartel ont jugé jeudi que
le marché évoluait vers un rééquilibrage entre l’offre et la
demande grâce à cet accord.
“Même s’il est évident que le rééquilibrage du marché est en
train de s’effectuer et que les investissements dans les projets
à court terme repartent, il est essentiel de ne pas perdre de
vue nos objectifs”, a-t-il déclaré.

“Il nous faut voir l’excédent des stocks mondiaux se
rapprocher de sa moyenne sur cinq ans”, a-t-il ajouté.
Mohammad Barkindo n’a pas directement évoqué une éventuelle
prolongation de l’accord sur la production mais il a dit que le
ministre saoudien de l’Energie, Khalid al Falih, qui assure la
présidence de l’Opep cette année, s’employait à obtenir un
consensus avant la réunion ministérielle de Vienne.

LES STOCKS DES PAYS DÉVELOPPÉS ENCORE TROP ÉLEVÉS

“Nous sommes convaincus que les efforts conjoints du
ministre Khalid al Falih et d’autres ministres (…) aboutiront
à un accord lors de la réunion à Vienne le 25 mai”, a-t-il dit.
Khalid al Falih a rencontré son homologue azerbaïdjanais
Natig Aliyev et tous deux ont accepté de soutenir une
prolongation de l’accord signé en décembre, a dit pour sa part
le ministère saoudien de l’Energie sur son compte Twitter.
Les ministres du Pétrole de l’Irak et de l’Angola, ainsi que
le patron de la compagnie pétrolière publique saoudienne, qui
assistaient également à la conférence de Paris, ont tenu des
propos allant dans le même sens.
Pour le ministre irakien du Pétrole, Djabar al Louaïbi,
l’accord participe progressivement au rééquilibrage tant attendu
du marché.

Son homologue angolais, José Maria Botelho de Vasconcelos, a
dit croire à une prolongation au-delà de juin.
L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a estimé dans son
dernier rapport mensuel que les stocks pétroliers des pays
industrialisés étaient encore supérieurs de 10% à leur moyenne
sur cinq ans, une mesure clé pour l’Opep.
La réduction de la production représente au total 1,8
million de barils par jour et elle est assuré aux deux tiers par
les pays de l’Opep.

(Claude Chendjou pour le service français, édité par Bertrand
Boucey et Marc Angrand)

boursorama.com

Aller en haut