Accueil / Agro / L’Ouganda lutte contre la montée des prix du sucre (REPORTAGE)

L’Ouganda lutte contre la montée des prix du sucre (REPORTAGE)

L’Ouganda lutte contre la montée des prix du sucre (REPORTAGE)

Les machines gigantesques de l’usine de sucre de Kakira dans l’est de l’Ouganda grondent nuit et jour pour traiter ce produit très demandé. Des camions remplis de canne à sucre s’alignent devant les bâtiments de l’usine pour effectuer leur livraison.

Pourtant dans les plantations et sur le marché, la situation est différente et les prix du produit fini (le sucre) sont en pleine envolée, principalement du fait de la longue période de sécheresse qu’a connu ce pays l’année dernière.

Du fait des mauvaises récoltes, la quantité de canne à sucre apportée à l’usine a diminué. Cela a entraîné une baisse de la production de sucre.

Les chiffres de l’Association ougandaise des producteurs de sucre (USMA) montrent que ce pays a produit 500.000 tonnes de sucre par an, mais qu’à la suite de la pénurie de canne à sucre, sa production est aujourd’hui inférieure à 450 000 tonnes.

L’agence météorologique a mis en garde que le pays devrait se préparer à des temps difficiles car la sécheresse de cette année devrait durer plus longtemps, réduisant encore la récolte de canne à sucre. L’Ouganda est très dépendant de sa production agricole, tributaire des précipitations.

“Cette saison a été mauvaise pour nous, nos cannes à sucre sèchent dans nos jardins”, a expliqué à Xinhua, Isa Budugo, productrice de canne à sucre.

Le gouvernement fait valoir que l’envolée des cours de canne à sucre est une situation d’urgence qui nécessite une réponse.

Interrogée pour savoir pourquoi le gouvernement n’avait pas anticipé la montée des prix, la ministre du Commerce, Amelia Jyambadde, a déclaré qu’il n’était pas possible de prédire les calamités naturelles et les changements climatiques.

Outres ces calamités naturelles, d’autres facteurs ont frappé l’industrie du sucre et contribué à la montée des prix.

La demande de sucre a augmenté aussi bien dans le pays qu’à l’extérieur. Selon les chiffres de l’USMA, l’Ouganda a consommé environ 350 000 tonnes de sucre en 2015 mais ce volume devrait augmenter à 360 000 tonnes en 2016, à en juger d’après la demande.

L’Ouganda exporte également 25% de son sucre vers des pays voisins comme le Kenya, la République démocratique du Congo, le Rwanda et le Soudan du Sud.

ACTIONS

M. Kyambadde estime que les producteurs devraient mettre en vente le sucre de leurs réserves, sans quoi le gouvernement envisagera d’encourager les gens à importer du sucre pour lutter contre la pénurie de l’offre qui fait grimper les prix.

Le gouvernement a également prévu de mettre en place des programmes d’irrigation pour faire face aux sécheresses prolongées.

Certains agriculteurs prévoient également de recourir à l’irrigation au lieu de dépendre exclusivement des pluies.

“Je prévois d’entreprendre l’irrigation de ma ferme car si je ne le fais pas, je serai parmi les perdants. Je ne peux pas me permettre d’attendre que le gouvernement commence ses programmes d’irrigation”, a déclaré Mme Budugo.

JINJA (Ouganda), 8 janvier (Xinhua)

Aller en haut