Accueil / International / L’ouragan Harvey menace l’industrie américaine du pétrole

L’ouragan Harvey menace l’industrie américaine du pétrole

L’ouragan Harvey menace l’industrie américaine du pétrole

Un quart de ­la production pétrolière du golfe du Mexique à l’arrêt. Les cours du pétrole américain ont pris 0,93 % vendredi.

L’ouragan Harvey menace l’industrie pétrolière des Etats-Unis. Plus puissant ouragan à frapper les Etats-Unis depuis 2005, Harvey a provoqué des dégâts importants au Texas, qui n’avait pas connu pareil tempête depuis 1961. L’ouragan, de catégorie 4 avec des vents jusqu’à 210 km/h lorsqu’il a touché les côtes, a ensuite été rétrogradé en tempêtes tropicales.

L’inquiétude était forte avant son passage. Pour cause, la côte du Texas accueille près d’un tiers des capacités de raffinerie de pétrole des Etats-Unis et le golfe du Mexique 20 % de la production américaine. Par prudence, 112 plates-formes ont été évacuées dans le golfe, soit 15 % des installations de la région. Des entreprises, à l’image des géants Shell et Exxon, ont également cessé leurs activités dans la région. Au total, les autorités américaines ont reconnu qu’un quart de la production américaine dans le golfe du Mexique avait été mis à l’arrêt.

Sur les marchés pétroliers, les craintes liées à Harvey ont entraîné une hausse de 0,93 % à 47,87 dollars le baril de WTI (West Texas Intermediate). Un mouvement encore modeste par rapport à celui des prix de l’essence aux Etats-Unis, qui ont grimpé de 10 % en seulement deux jours. Soit leurs plus hauts niveaux depuis avril dernier. Pour Jeffrey Halley, analyste chez Oanda, « les dégâts causés par la tempête pourraient endommager gravement les raffineries et gisements de pétrole dans le golfe du Mexique ».

Impact limité dû au pétrole de schiste

Pour les analystes de Commerzbank, l’évolution du prix du pétrole WTI devrait « dépendre en dernier recours des dégâts causés par l’ouragan, un bilan qui pourrait préoccuper le marché pétrolier cette semaine ». Ils pourraient notamment s’inquiéter des conséquences des inondations qui menacent à présent la région.

Pour l’heure, la banque ­constate juste que l’impact a été limité, compte tenu du fait que « le marché du brut est largement approvisionné ». La production de pétrole américain – en particulier de schiste – demeure en effet à des niveaux record malgré la baisse des stocks, due notamment à la saison des vacances. Selon l’Agence d’information sur l’énergie américaine, l’ouragan Harvey est davantage une menace pour les opérations de raffinage que pour la production.

A. N.-R., Les Echos
lesechos

Aller en haut