Accueil / Finances / “L’UEMOA a réalisé la plus forte croissance africaine sur ces cinq dernières années”

“L’UEMOA a réalisé la plus forte croissance africaine sur ces cinq dernières années”

“L’UEMOA a réalisé la plus forte croissance africaine sur ces cinq dernières années”

Dans cet entretien, Dr Edward George, directeur d’Ecobank Research et sa collègue, Gaimin Nonyane, spécialiste des monnaies (voir photo), dressent les perspectives des économies africaines, plus que jamais dépendantes des cours des matières premières. Contrairement aux idées reçues, l’Afrique francophone, tire son épingle du jeu par rapport à la partie anglophone…Une tendance de fond qu’illustre la zone UEMOA.

Quelles sont les perspectives générales des économies de l’Afrique, de l’Afrique francophone en particulier ?

En général, en Afrique, nous avons passé une année 2017 difficile avec la baisse des cours de matières premières. L’amélioration des prix des matières premières devrait entraîner une reprise de la croissance, mais elle restera inférieure à la moyenne de 5% par an au cours de la décennie précédente. Pour l’Afrique Subsaharienne, le FMI a révisé son taux de croissance à 3,4% en 2018 en raison d’une reprise plus faible que prévu en Afrique du Sud.

L’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) présente le taux de croissance le plus élevé par rapport au reste de , soit 6,5% sur les cinq dernières années. Nous relevons toutefois un léger ralentissement pour cette sous-région. A titre d’illustration, la Côte d’Ivoire a vu son taux de croissance se réduire, passant de 8,8% à 7,6% entre 2016 et 2017 sous le coup d’une baisse de 30% des cours de cacao. La croissance de la première économie de l’UEMOA sera de 6,5% en 2018. Le Sénégal devrait pour sa part voir son taux s’infléchir pour passer de 6,7 à 6,3% en 2018.

Quelles sont les caractéristiques de cette croissance de l’UEMOA ?

Les perspectives sont positives pour le Ghana, qui devrait enregistrer une évolution de croissance de 6,5 à 6,8%, portée par la reprise des cours de pétrole et l’augmentation de la production. Le baril évoluant sur une moyenne de 60 dollars arrange les pays producteurs. Tout comme le Ghana, le Nigeria évolue sur une tendance positive. La croissance de 0,8% l’année dernière doit être suivie de 1,8% en 2018, et peut-être plus haut.

Quid des prévisions la zone de la Communauté économique de l’Afrique Centrale ?
La zone CEMAC reste trop dépendante du pétrole avec une faible diversification de la structure des échanges. La reprise des cours des matières premières est plutôt une bonne nouvelle pour la plupart des pays de la zone.

>>Lire l’article complet sur financialafrik.com

Aller en haut