Accueil / Développement / Madagascar: le gouvernement veut remettre de l’ordre dans la filière vanille

Madagascar: le gouvernement veut remettre de l’ordre dans la filière vanille

Madagascar: le gouvernement veut remettre de l’ordre dans la filière vanille

A Madagascar, les producteurs de vanille récoltent la gousse de façon prématurée, afin de profiter de la hausse des prix de la gousse qui tournent actuellement autour de 250 $, le kilogramme. Cette pratique, qui impacte négativement la qualité de la production, pourrait affecter durablement les finances du pays auquel ce commerce a rapporté 280 millions de $ en 2014. Aussi, le gouvernement a-t-il décidé d’intervenir pour mettre de l’ordre dans cette filière.

Au nombre des actions menées, on retiendra l’interdiction d’emballer les gousses sous vide et un embargo sur les exportations de vanille immature. L’exécutif a également créé un organe interministériel ayant pour mission de superviser la production et de recenser tous les acteurs intervenant dans cette filière.

Il faut souligner que, pour l’île, le succès de cette opération apparaît comme un impératif pour la survie de la filière. En effet, sur le marché mondial, la combinaison de la hausse des cours et de la baisse de la qualité de la vanille malgache pourrait détourner les acheteurs de l’arôme. «Il y a une limite à ce que les gens vont payer pour la vanille naturelle et nous sommes en passe d’arriver à ce point.», a estimé Josephine Lochhead qui préside Cook Flavoring, une compagnie américaine spécialisée dans la transformation de la gousse.

Madagascar, qui fournit la moitié de l’offre mondiale, est le premier producteur de vanille de la planète.

Aaron Akinocho
agenceecofin.com

Aller en haut