Accueil / Auto & Transports / Madagascar: Transport aérien – Une nouvelle taxe en décembre

Madagascar: Transport aérien – Une nouvelle taxe en décembre

Madagascar: Transport aérien – Une nouvelle taxe en décembre

Une nouvelle redevance risque de figurer sur le prix du billet d’avion. Cette taxe s’élève jusqu’à 38 euros par passager international au départ du sol malgache.

Le prix du billet d’avion risque de s’alourdir. La redevance de développement des infrastructures aéroportuaires (RDIA) devrait entrer en vigueur à partir du 1er décembre. Cette nouvelle taxe est demandée à toutes les compagnies aériennes au départ des aéroports de Nosy Be et Ivato. « Le montant de la RDIA est de 38 euros par passager international », a annoncé vendredi, Vincent Devauchelle du consortium Ravinala Airports au cours d’une visite sur l’avancement des travaux d’extension de l’aéroport interna­tional d’Ivato.

L’application d’une telle mesure faisait déjà l’objet d’une contestation au niveau des compagnies aériennes. En effet, en janvier 2016, le consortium avait proposé le montant de 38 euros par passager mais qui a été rejeté par les compagnies aériennes. Une autre tentative date du mois de mai avec une redevance qui s’élève à 41.6 euros par passager international. Mais les compagnies aériennes avaient émis leur désaccord vis-à-vis de cette mesure par le biais de l’association internationale des transporteurs aériens (IATA).

Impact négatif

À l’allure où vont les choses, le consortium Ravinala Airports semble avoir déjà eu le feu vert de l’Aviation civile de Madagascar (ACM) pour son application. « L’entrée en vigueur de cette nouvelle mesure relève du consortium. L’Aviation civile a déjà donné son accord », a indiqué une source auprès de la direction générale de l’ACM.
Mais des voix s’élèvent déjà pour revendiquer la suspension de cette mesure. « Cette nouvelle redevance aura un impact négatif dans la promotion du secteur tourisme. La destination Madagascar risque, encore une fois de plus, d’être hors de portée des voyageurs
avec l’entrée en vigueur de cette mesure », se lamente un responsable au sein d’une agence de voyage.

Comme son nom l’indique, cette redevance supportée par les passagers permettra au consortium d’assurer le financement de la construction de ces deux aéroports internationaux à savoir Ivato Antananarivo et Nosy Be. Pour rentrer dans ses frais, le consortium compte sur ces RDIA et sur les nouveaux services commerciaux. Pour la première phase des travaux de développement de ces deux aéroports, Ravinala Airports dispose d’une portefeuille de 116 millions d’euros, empruntés auprès d’une banque et d’une institution financière internationale.

Lova Rafidiarisoa
lexpressmada.com

Aller en haut