Accueil / Développement / Maersk Tunisie s’associe au Groupe Al Badr et devient Star Container Tunisie

Maersk Tunisie s’associe au Groupe Al Badr et devient Star Container Tunisie

Maersk Tunisie s’associe au Groupe Al Badr et devient Star Container Tunisie

Contraint par le ministère des Transports de se conformer à la loi, le leader mondial du transport maritime Maersk a annoncé le 31 août 2018 la mise en place de sa nouvelle structure dès le 1er novembre prochain. Néanmoins, à cause de ce changement, la compagnie danoise vient de heurter un second écueil en Tunisie. Détails.

Dans son édition de ce jeudi 20 septembre, Maghreb Confidentiel a révélé que le navire « Alexander Maersk », porte container de 155 mètres de long, fait l’objet d’une saisie judiciaire à l’initiative de sept clients tunisiens, parmi lesquels les Groupes Maklada, Stunas Industries et Stukas, appartenant à l’homme d’affaires Moez Driss, et MPC Prokim, propriété de l’homme d’affaires et président de la CONECT, Tarak Chérif.

Toujours selon la même source, les saisissants affirment détenir ensemble plus de 8 millions d’euros de créances sur le groupe danois dont 2 millions liés à l’incendie de Maersk Honam en mer d’Oman et craignent, par conséquent, que la fermeture de Maersk Tunisie les empêche d’obtenir réparation.

Maersk Tunisie devient Star Container Tunisie

La crainte de ces clients tunisiens s’est agrandie suite à un communiqué adressé par Maersk le 31 août dernier à l’ensemble de ses clients leur annonçant qu’une nouvelle structure sera mise en place dès le 1er novembre 2018.

Ainsi, l’agent de Maersk Line en Tunisie sera désormais Star Container Tunisie, remplaçant Maersk Tunisie en tant qu’agent de l’armateur. Star Container Tunisie est une entreprise établie en partenariat entre A.P. Moller-Maersk (à travers APM Terminals) et le Groupe Al BADR, des frères Abdessalem et Rafik Ben Ayed, en tant qu’actionnaire local.

Le Groupe Maersk a également affirmé que la nouvelle structure Star Container Tunisie détient une licence valide en tant qu’agent consignataire de navire tel qu’exigé par le ministère des Transports tunisien et à ce titre, agira en tant que représentant de l’armateur Maersk Line de la même manière dont a opéré jusqu’à présent Maersk Tunisie.

Maersk a-t-il réussi à faire passer la pilule ?

Le ministre tunisien des Transports, Radhouane Ayara, a notifié le 16 août dernier à Maersk le non renouvellement de l’agrément de transport maritime de sa filiale locale Maersk Tunisie. Selon Maghreb Confidentiel, le ministre avait fixé fin juillet un ultimatum laissant à Maersk jusqu’au 31 août pour se mettre en conformité avec la loi stipulant que les détenteurs des agréments soient détenus à 50% par des intérêts tunisiens.

Or, les parts abandonnées en 2011 par l’ex-partenaire de Maersk, Hayet Laouani, alors sénatrice RCD et proche du clan Ben Ali, sont détenues depuis par une société d’investissement à capital-risque, SENED, liée à Maersk par un contrat de gestion. Le ministre tunisien a jugé que cet arrangement est abusif même si ses prédécesseurs n’avaient pas réagi.

D’ailleurs, la transaction qui a permis le transfert des actions détenues par Hayet Laouani au profit de la SENED fait actuellement l’objet d’une enquête diligentée par l’INLUCC, l’Instance nationale de lutte contre la corruption.

Omar El Oudi
ilboursa

Aller en haut