Accueil / Finances / Malgré les difficultés de l’Afrique australe, Old Mutual Alternative Investment y trouve des « opportunités passionnantes »

Malgré les difficultés de l’Afrique australe, Old Mutual Alternative Investment y trouve des « opportunités passionnantes »

Malgré les difficultés de l’Afrique australe, Old Mutual Alternative Investment y trouve des « opportunités passionnantes »

Old Mutual Alternative Investment (OMAI), la plus importante firme d’investissement alternatif en Afrique, avec près de 4 milliards $ sous sa gestion, demeure optimiste quant aux opportunités de placement en Afrique australe, malgré les défis de la conjoncture que connaît les économies de cette sous-région, notamment, l’Afrique du sud.

« Malgré certains défis de l’année dernière (2016), les différentes équipes d’investissement d’OMAI, qui sont des gestionnaires de placements très expérimentés et qui connaissent bien tous les contours de leurs secteurs, ont réussi à identifier certaines opportunités d’investissement passionnantes », a fait savoir Paul Boynton, le Directeur général de cette firme, selon un communiqué envoyé par email à l’Agence Ecofin.

Le responsable réagissait à la suite de la publication du rapport 2016 de l’association des capitaux investisseurs et risqueurs d’Afrique australe (SAVCA) sur les activités de private equity dans cette sous-région. Il en ressort une baisse des ressources mobilisés qui passent de 27,5 milliards de Rands en 2015, à 10,2 milliards de Rands à la fin 2016.

Le niveau de désinvestissement s’est accéléré, en même temps que les opportunités de placement sont devenues plus étroites. Les sorties d’investissement ont progressé de 123,2% sur la période, passant de 8,2 milliards de rands en 2015, à presque 18,4 milliards de rands à la fin de 2016.

« L’augmentation substantielle du capital retourné aux investisseurs révèle la solidité du cycle de vie de notre capital-investissement et sa capacité à s’adapter à l’évolution des conditions du marché. Il est à noter, selon l’enquête, que la majeure partie du capital recueilli en 2016 (7,0 milliards de Rands) était destinée à de nouveaux investissements », fait-on savoir du côté de la SAVCA où on insiste aussi sur le taux de rendement interne de 15,2% pour les placements de 10 ans.

OMAI assure pour sa part, que l’année 2016 a été particulièrement intense, avec notamment un investissement de 30 millions $ dans le secteur éducatif sud-africain.

Parmi les autres réalisations mentionnées on retrouve des investissements en fonds propres dans des sociétés de l’agroalimentaire, et aussi la sortie d’investissement la plus importante jamais en réalisé en Afrique, dans le cadre de l’exploitation d’une autoroute à péage.

Idriss Linge
agence ecofin

Aller en haut