Accueil / Développement / Mali : Agriculture : Bamako : regards croisés sur le système semencier ouest africain

Mali : Agriculture : Bamako : regards croisés sur le système semencier ouest africain

Mali : Agriculture : Bamako : regards croisés sur le système semencier ouest africain

Les acteurs du monde agricole ont entamé des réflexions à Bamako le 29 août 2016 sur le système semencier des pays de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest(CEDEAO). La mission du Comité ouest africain de semences (COASem) dont il a été question est d’assurer la mise en œuvre des règlements harmonisés de la CEDEAO.

 

 

Ce comité doit faire la promotion d’un contrôle de qualité, de la certification et de la commercialisation des semences, afin de contribuer à la mise en œuvre de politiques agricoles régionales et nationales et au développement du secteur au sein des Etats membres et les membres contractants. Dans le cadre de cette mission, le COASem est particulièrement chargé faciliter la diffusion de nouvelles variétés pour leur inscription dans le catalogue des espèces et variétés végétales Ouest africain.

La structure doit encourager aussi la production, l’utilisation et la circulation libres de semences de qualité ; contribuer à la promotion d’une industrie semencière régionale, promouvoir le partage d’expériences, la coopération, la politique agricole commune régionale et les stratégies pour les actions régionales. Autre tâche du COASem, faciliter la diffusion d’informations relatives aux semences et sensibiliser les Etats-membres sur les préoccupations soulevées par les utilisateurs et autres parties prenantes de la chaîne de valeur semencière.

Les participants à l’atelier de Bamako ont également évoqué la nécessité de renforcer la capacité des comités nationaux de semences(CNS). Cette capacité sera renforcée par la mise à disposition de lignes directrices, des outils de plaidoyer, les meilleures pratiques et l’appui du COASem. Au moins cinq comités nationaux de semences devraient être fonctionnels en rencontrant régulièrement et en produisant et en mettant à jour des catalogues sur une base régulière.

Les comités nationaux de semences seront invités à établir des unités de catalogues diversifiés. Ces unités seront formées et fournies avec des logiciels et des formats pour l’élaboration de catalogues nationaux. La meilleure pratique existante au Nigeria et Afrique de l’Est, soutenue par l’IOWA State University (ISU), sera émulée. Un contrat est en cours d’élaboration avec l’ISU pour l’appui technique de la sous-région.

 

 

 

Soumaila T. Diarra / maliactu.net

Aller en haut