Accueil / Développement / Mali : Prix des denrées de première nécessité…

Mali : Prix des denrées de première nécessité…

Mali : Prix des denrées de première nécessité…

Mali : Prix des denrées de première nécessité : Les mensonges des opérateurs économiques avec la complicité des autorités.

Dans la nuit du mercredi 17 juin 2015, après l’annonce par la Commission nationale d’observation de la lune pour le début du Ramadan le lendemain, l’Ortm n’a trouvé autre chose à montrer à ses téléspectateurs que des opérateurs économiques véreux qui ne vivent que des exonérations de l’État malien. Ils ont alors saisi cette opportunité pour mentir au peuple malien.

Ces opérateurs économiques ont été présentés sur un plateau d’argent comme des gens qui doivent mettre un terme à la souffrance des Maliens avec le mois de Ramadan qui commence. Chacun se vantant avec ses produits : sucre, lait, riz, jus, huile, pomme de terre et oignons. Que ces gens se moquent des Maliens avec la complicité de nos autorités en charge du commerce ! Tout ce que ces grands commerçants et opérateurs économiques ont dit, c’est bien le contraire que les populations constatent à longueur de journée sur les marchés.

Prenons l’exemple de Modibo Keïta de GDCM qui a fait la promotion de ses pommes de terre pourries. Des pommes de terre qui ne peuvent pas faire dix minutes dans l’eau sans se transformer en pourriture ! Modibo Keïta veut être le champion de la pomme de terre. Malheureusement, son produit n’est pas de bonne qualité et il ne peut le fournir, lui seul, à tous les Maliens. Il a lui-même dit qu’en cas d’incapacité, il fera appel à d’autres personnes, c’est-à-dire aux importateurs, alors qu’il y a eu plusieurs réunions au niveau du ministère pour demander aux importateurs de le laisser fournir le marché. Et, ce sont les responsables du ministère qui ont demandé cela quand bien même ils savent qu’il y a un problème. En vérité, la politique du gouvernement est d’aider les producteurs nationaux. Sauf que dans cette histoire, Modibo Keïta est le seul producteur à avoir bénéficié des faveurs de l’État parce qu’il est parti acheter de la pomme de terre à Sikasso.

Il a créé des syndicats partout pour contrecarrer les importateurs, alors qu’il ne peut pas le faire et n’a pas la bonne qualité. Le stockage, la conservation et l’emballage sont en train de lui créer toutes les difficultés du monde. Malgré tout, la Direction nationale du commerce et de la concurrence est en train de maintenir les pommes de terre pourries de Modibo Keïta dans les marchés, au détriment de la santé de la population. De nos jours, tous les détaillants des alentours du marché de Médina-Coura, côté station Shell et Total, se plaignent de l’odeur de ses pommes de terre pourries. En tout cas, l’État malien lui a donné l’occasion de se moquer des Maliens.

Kassim TRAORE
Source : Le Reporter

Aller en haut