Accueil / Mines & Energies / Mali : Projet de construction du barrage de Fomi …

Mali : Projet de construction du barrage de Fomi …

Mali : Projet de construction du barrage de Fomi …

Mali : Projet de construction du barrage de Fomi : ETUDES TECHNIQUES EN COURS D’ACTUALISATION.

« Votre présence constitue pour nous, la preuve du grand intérêt que revêt pour nos deux pays et la communauté riveraine du bassin, la réalisation du projet de barrage à buts multiples de Fomi ». C’est par ces mots que le ministre de l’Energie et de l’Eau, Mamadou Frankaly Keita, a accueilli hier la délégation guinéenne conduite par Elhadj Bandiou Doumbouya, représentant le ministre guinéen de l’Energie et de l’Hydraulique. C’était à l’ex-CRES, au cours de la deuxième session du comité interministériel Guinée-Mali de concertation sur une durée de trois jours pour la mise en œuvre du projet de Barrage de Fomi, en terre guinéenne.

Dans les prévisions, il s’agit d’un barrage hydroélectrique d’une capacité de 90 MW qui va alimenter en électricité un bonne partie de la Guinée et du Mali grâce au réseau d’interconnexion qui sera réalisé dans le cadre de ce projet. Cette rencontre de concertation qui réunit plusieurs experts du domaine vise à faire le point d’avancement du projet, à passer en revue les cadres de mise en œuvre du Projet de gestion du bassin du fleuve Niger (PGBFN) financé par la Banque mondiale à l’échelle du bassin et le Programme GIRE (Gestion intégrée des ressources en eau) financé par les Pays-Bas à l’échelle du haut bassin du Niger. La rencontre va aussi définir les modalités pratiques de fonctionnement du secrétariat permanent du comité interministériel dont le protocole d’accord a été signé en Guinée lors de la visite du président Ibrahim Boubacar Keita en mars 2014.
La construction de ce barrage contribuera, a expliqué le ministre Keita, à réguler le régime du fleuve Niger, à accroître la production hydroélectrique, à sécuriser la production agricole y compris pendant la contre saison dans un contexte de changement climatique et de variabilité pluviométrique. Il va également assurer une interconnexion des réseaux électriques avec nos pays voisins au bénéfice de l’intégration africaine pour un développement durable.

Mamadou Frankaly Keita a aussi rappelé que le projet de barrage de Fomi est la concrétisation de la volonté de chefs d’Etat et de gouvernement de l’Autorité du bassin du Niger (ABN) affirmée à travers l’adoption du Plan d’action du développement durable (PADD) assorti d’un programme d’investissement adopté en 2008.
Les experts vont aussi analyser le contexte et les enjeux du projet suite au dernier développement du processus de mise en œuvre amorcé par la Banque mondiale et l’ABN. Cela, selon Bandiou Doumbouya, permettrait à terme d’ouvrir les perspectives pour l’adoption d’un plan d’action opérationnel pour le secrétariat permanent du comité de concertation, la mise en place de ses membres statutaires et garder le cap sur les études amorcées par les partenaires du projet.

Débutées depuis 2009, les études sont aujourd’hui en cours de mise à jour. Il s’agit de la première série d’études techniques de faisabilité et des études d’impact environnemental et social dont les termes de référence sont en cours d’élaboration. Le processus de sélection du cabinet de consultant est en cours, a indiqué Hillaire Doffu, le représentant du secrétaire exécutif de l’ABN qui a assuré que les communautés riveraines du bassin du Niger vont largement bénéficier de ce barrage notamment l’accès à électricité, le développement agricole par l’aménagement de périmètres, le développement de la pêche, de l’élevage et du transport par la possibilité de régulation du fleuve.

A. A. MAIGA
Source : L’Essor
/maliactu.net

Aller en haut