Accueil / Finances / Manchester United, la marque de football la plus chère au monde, …

Manchester United, la marque de football la plus chère au monde, …

Manchester United, la marque de football la plus chère au monde, …

Manchester United, la marque de football la plus chère au monde, le PSG dans le Top 10.

Brand Finance, le cabinet de conseil londonien indépendant, spécialisé dans la valorisation d’actifs, a dévoilé ce lundi son classement portant sur la valeur des marques de football. Ce dernier consacre Manchester United, alors que le club n’a rien gagné cette année, et les clubs anglais en général avec six clubs dans le Top 10. Explications.

Le football n’est plus qu’un sport, il est aussi un business. Et les différents classements, qui permettent d’évaluer les meilleurs clubs européens d’un point de vue financier, sont là pour nous le confirmer. C’est le cas de celui de Brand Finance. Le cabinet de conseil londonien indépendant, spécialisé dans la valorisation d’actifs, a publié hier son classement sur la valeur des marques de club de football. Pour cela, il utilise la définition précise de l’évaluation de marque donnée par l’organisation internationale de normalisation, à travers l’ISO 10668.

Selon cette norme, une marque est définie comme « un actif incorporel de nature mercatique (marketing) qui regroupe notamment les noms, les termes, les signes, les symboles, les logos, le design, ou une combinaison de ces éléments, dans le but d’identifier des biens, des services ou des entités, ou une combinaison de ceux-ci, en créant des images et associations qui les distinguent de façon qu’ils soient ancrés dans l’esprit des parties prenantes, générant ainsi des avantages économiques ou de la valeur ». Pour un club de football, il s’agit donc d’estimer les futurs revenus potentiels de la marque et de calculer le taux de redevance correspondant à ce qu’un propriétaire devrait payer pour utiliser la marque si elle n’était pas déjà détenue.

Pas besoin de gagner des titres pour rapporter

Et selon ces critères, c’est le club de Manchester United, coté sur le New York Stock Exchange, qui arrive en tête. Il est d’ailleurs la première marque de club à dépasser le milliard de dollars de valorisation, avec une hausse de 63% par rapport à 2014 pour atteindre 1,2 milliard de dollars, soit 1,06 milliard d’euros (au cours d’aujourd’hui). Leader de ce classement pour la première fois en 2009, il est retombé à la troisième place l’année dernière après des résultats décevants dans le championnat d’Angleterre, le privant cette année de Ligue des Champions, la compétition européenne reine. Ces résultats moyens, pourrait-on imaginer, auraient dû mettre la marque de Manchester United dans un état précaire. Selon un journal de sport espagnol, cite Brand Finance, le club aurait notamment perdu près de 19% de fans.

Mais d’un point de vue financier et marketing, Manchester United a bien continué de prospérer. Ses fans restent très nombreux à l’international, dans des pays qui s’intéressent depuis peu au football, à l’image de la Chine ou de l’Inde. Ses sponsors n’ont pas été dissuadés par les moins bons résultats, bien au contraire. L’accord avec Chevrolet lui rapportera par exemple 47 millions de livres (64 millions d’euros) par an sur les sept prochaines années, soit deux fois plus que le précédent partenaire. Si Nike a décidé en 2014 d’arrêter de sponsoriser le club, Adidas en a profité pour signer un contrat record estimé à 750 millions de livres (plus d’un milliard d’euros) pour les dix prochaines années, soit trois fois plus que celui avec l’équipementier américain.

La qualification en Ligue des Champions acquise cette saison à l’issue du championnat permet de garantir 12 millions d’euros de revenus pour l’année prochaine et une visibilité internationale indéniable. Il faudra tout de même réaliser de meilleurs résultats dès la saison prochaine afin de rassurer les partenaires et continuer de profiter de la notation AAA, reflétant le pouvoir et le prestige d’une marque, dans un format similaire à la notation de crédit.

 

graphique-football

Source : Brand Finance

 

Les droits télé anglais ont explosé

Un autre facteur important est à prendre en compte dans ce renouveau de la puissance financière de Manchester United : le contrat signé concernant les droits de diffusion des trois prochaines saisons de la Premier League, le championnat anglais, pour un montant de 5,1 milliards de livres (quasiment 7 milliards d’euros). La concurrence entre BT et Sky a donc entraîné une croissance de plus de 70% par rapport au contrat précédent, et représente des revenus moyens de 81 millions de livres (110 millions d’euros) par saison par club anglais. La nouvelle avait d’ailleurs fait progresser le titre Manchester United de 5% à New York. Et elle a bénéficié à tous les clubs anglais, qui sont au nombre de 16 dans les 50 premières places du classement, dont 6 dans le top 10. Des petits clubs font ainsi leur apparition, comme c’est le cas de Leicester, et d’autres arrivent à se faire une place parmi les grands clubs historiques de Premier League, comme Southampton, dont la valeur a progressé de 89% sur un an, soit la hausse la plus importante. C’est aussi ce qui fait le charme et la popularité de ce championnat.

Brand Finance rapporte également qu’assez étonnement, le sponsor officiel de la Premier League depuis 2001, Barclays, a décidé de ne pas renouveler le contrat actuel, qui court jusqu’en 2016. Alors que la banque anglaise avait payé 120 millions de livres (près de 163 millions d’euros) pour les saisons de 2013 à 2016, soit une hausse de 50% par rapport au contrat précédent, elle a largement bénéficié de la présence de son logo sur les produits liés à la Premier League, le championnat le plus populaire dans le monde, notamment pour son développement en Asie.

Le PSG dans le Top 10

En tête du classement il y a un an, le Bayern Munich est descendu à la deuxième place, du fait d’une croissance de sa valeur de seulement 4%. Le club souffre d’un manque de visibilité à l’international et d’un championnat allemand qui ne passionne pas les foules, notamment au vu de la domination quasiment sans partage du club munichois. Sur la dernière place du podium, le Real Madrid est le club qui engrange les revenus les plus importants et le seul qui bénéficie de la notation AAA+, avec le FC Barcelone. Ce dernier a d’ailleurs réalisé un triplé cette saison, lui permettant d’augmenter sa valeur de 151 millions de dollars (134 millions d’euros), et de 28 millions uniquement grâce à sa victoire en Ligue des Champions, se rapprochant de son rival espagnol. Il ne peut toutefois pas rivaliser avec la croissance des clubs anglais Manchester City (+57%) et Chelsea (+58%), qui se classent respectivement 4ème et 5ème, juste devant lui.

Côté français, le Paris-Saint-Germain domine bien entendu les débats et continue son ascension en prenant la 9ème place, soit une de plus qu’il y a un an. Après avoir gagné 238 millions de dollars (211 millions d’euros) entre 2013 et 2014, la valeur de la marque du club a, cette année, progressé de 217 millions de dollars (192 millions d’euros) pour atteindre 541 millions de dollars, ou 480 millions d’euros. A noter l’entrée de Monaco directement en 17ème position, dépassant par la même occasion l’Olympique de Marseille, 31ème et qui a progressé d’une place, et l’Olympique Lyonnais, qui a chuté de la 25ème à la 38ème place du fait d’une croissance de seulement 1% de sa valeur cette année.

AE
bourse.lesechos.fr

Aller en haut