Accueil / Finances / Marché financier : Maurice excelle au niveau de la réglementation

Marché financier : Maurice excelle au niveau de la réglementation

Marché financier : Maurice excelle au niveau de la réglementation

Maurice se distingue sur les plans de la fiscalité, la réglementation et l’accès aux devises. C’est ce qui ressort de l’Africa Financial Markets Index, lancé la semaine dernière par le Think Tank Barclays Africa Group Official Monetary and Financial Institute Forum, sous l’égide du Barclays Africa Group.

L’Official Monetary and Financial Institute Forum estime que l’élargissement et l’approfondissement des marchés financiers à travers l’Afrique est une condition essentielle à la prochaine étape du continent. Les marchés immenses et dynamiques de l’Afrique représentent des possibilités d’expansion importantes pour des investisseurs domestiques et étrangers.

Ces derniers ont été confrontés à des marchés financiers sous-développés, à l’existence d’un flou juridique et au manque d’encadrement.Le classement a pris en compte seuls 17 marchés africains, selon des critères qualitatifs et quantitatifs. La création de capacités permettant de renforcer l’aptitude des investisseurs pour attirer des fonds étrangers est un élément capital

« À travers les analyses des experts des marchés financiers africains, le classement attire l’attention sur les vastes opportunités d’investissements et dévoile le potentiel inexploité du continent », explique Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement. Ce classement dénote aussi la capacité et la qualité des investisseurs et les opportunités macroéconomiques. L’étude met l’accent sur cinq piliers fondamentaux de la performance des marchés financiers : la profondeur du marché des actifs ; l’accès aux devises ;
la transparence ; la régulation ; et l’applicabilité des accords financiers internationaux.

Dix-sept marchés ont été étudiés, dont le Botswana, l’Égypte, l’Éthiopie, la Côte d’Ivoire, le Kenya, Maurice, le Maroc, le Mozambique, la Namibie, le Nigéria, le Rwanda, les Seychelles, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, l’Ouganda et la Zambie.

L’indice prévoit de faire un suivi annuel, offrant aux pays un guide pour développer les infrastructures financières. Plusieurs pays se sont engagés à mettre en œuvre un cadre stratégique pour assurer le développement des marchés financiers. Une des plus grandes contraintes pour attirer des investissements favorables à la croissance est le peu de capacité des investisseurs en raison des limitations des avoirs pour des investisseurs domestiques.

Étant donné sa taille, l’Afrique du Sud est en tête du classement bien que sa performance macroéconomique ne soit pas bonne. Le pays jouit néanmoins d’une certaine stabilité et affiche une transparence sur les transactions. Maurice et le Botswana ont des bases solides pour ce qui est de la taxe, la réglementation et l’accès aux devises.

Le Kenya et le Ghana ont montré des signes de progrès alors que la Côte d’Ivoire se retrouve au bas de l’échelle. Toutefois, sa bourse régionale devra s’améliorer à l’avenir. Quant à l’Éthiopie, elle a réalisé la meilleure croissance économique des 17 pays africains bien qu’elle se trouve au bas du tableau.

defimedia.info

Aller en haut