Accueil / Développement / Matières premières : croissance contrariée pour les pays exportateurs

Matières premières : croissance contrariée pour les pays exportateurs

Matières premières : croissance contrariée pour les pays exportateurs

Le mauvais temps continue pour les matières premières. Selon le FMI, c’est un point de croissance par an qui sera perdu par les pays exportateurs d’ici à 2017.

Sur la base du rapport qu’il vient de publier en prélude à son assemblée annuelle qui se tiendra du 9 au 11 octobre à Lima, au Pérou, le Fonds monétaire international (FMI) indique que « les économies exportatrices de matières premières traversent un moment de transition difficile ».

La confirmation d’une mauvaise passe

Et de confirmer cette réalité par ses dernières estimations selon lesquelles les faibles cours des matières premières pourraient retirer chaque année un point de pourcentage au taux de croissance économique des pays exportateurs d’ici à 2017. En première ligne, le FMI distingue les pays exportateurs de produits énergétiques. « Leur taux de croissance économique annuelle sera amputé de 2,5 points en moyenne », précise le rapport.

Un problème de plus pour l’émergence de certaines économies

Cette situation intervient au moment où les États-Unis envisagent une normalisation de leur politique, laquelle pourrait conduire les pays émergents à disposer de moins de capitaux. Un vrai risque de déstabilisation se profile donc du fait d’une véritable fragilisation de leur croissance. Faudra-t-il dévaluer pour sauver la situation ? Tout semble indiquer que oui, car dans un autre rapport publié le 28 septembre, le FMI met en avant les bienfaits de la dévaluation monétaire sur les exportations. « Une dépréciation monétaire de 10 % dope les exportations nettes d’un pays d’un montant équivalant à 1,5 % du produit intérieur brut », avance le FMI. Et de conclure en rappelant l’appréciation du dollar par rapport à l’euro, la dévaluation des monnaies chinoise et japonaise et surtout « les récents mouvements monétaires inhabituellement importants ».

Malick Diawara
lepoint.fr

Aller en haut