Accueil / Tic & Telecoms / Microsoft, formidable gâchis

Microsoft, formidable gâchis

Microsoft, formidable gâchis

Le rachat totalement raté de Nokia est une cuisante défaite pour le groupe américain

L’échec ne repose-t-il que sur les épaules de deux personnes? Ou ne s’agit-il que d’un malheureux concours de circonstance? Le temps nous permettra de juger le fantastique échec de Microsoft dans la téléphonie mobile.

La semaine passée, le groupe américain annonçait la suppression de 1850 postes dans sa division de téléphonie mobile. Depuis le rachat de Nokia en 2013, Microsoft a multiplié les restructurations. Sans aucun succès. Microsoft ne détient aujourd’hui que 0,7% du marché mondial de la téléphonie mobile, son système Windows pour smartphone est marginalisé et des appareils haut de gamme ne convainquent personne. Et pourtant, Steve Ballmer, ancien directeur de Microsoft, avait mis sur la table plus de 7 milliards de francs pour racheter Nokia. Son successeur, Satya Nadella, arrivé à la tête du groupe quelques semaines plus tard, aura accumulé les restructurations, sans aucun résultat.

Il ne s’agit pas de pleurer Nokia, incapable d’avoir anticipé l’avènement des smartphones. Mais bien plutôt d’accabler la direction de Microsoft, qui croyait naïvement que marier un fabricant sur le déclin avec une version de Windows décriée allait fonctionner. Après coup, on est toujours plus intelligent. Mais ce gâchis semblait tellement prévisible.

Anouch Seydtaghia
letemps.ch

Aller en haut