Accueil / Tic & Telecoms / Microsoft livre un outil pour évaluer le coût d’une migration cloud

Microsoft livre un outil pour évaluer le coût d’une migration cloud

Microsoft livre un outil pour évaluer le coût d’une migration cloud

Les professionnels de l’IT disposent désormais d’un nouvel outil pour avoir plus de visibilité sur le coût d’une migration cloud. Ils pourront également profiter plus simplement des réductions pour leurs usages hybrides

Le service Cloud Migration Assessment de Microsoft pourra aider les entreprises à évaluer le coût d’une éventuelle migration vers le cloud à partir d’un inventaire de leurs ressources existantes. Ce calcul des coûts est en partie adossé à l’offre Azure Hybrid Use Benefit d’Azure, qui permet aux clients avec Software Assurance d’utiliser leurs licences Windows Server existantes pour faire tourner des machines virtuelles dans le cloud de Microsoft. Cela signifie qu’ils ne devront payer que le tarif de base en fonction des ressources de calcul utilisées.

Depuis hier également, tous les clients peuvent faire leur demande de remises sur le portail de gestion Azure Management Portal. Jusqu’ici, le déploiement d’images de machines virtuelles à tarif réduit était réservé aux entreprises ayant passé des accords d’entreprise avec Microsoft. Les autres devaient utiliser Azure PowerShell pour configurer leur tableau de remises.

Ces dispositions vont dans le sens de la stratégie globale de Microsoft qui veut inciter ses clients d’entreprise à migrer davantage de charges de travail de leurs serveurs sur site vers le cloud public Azure. Cela fait un certain temps déjà que le géant de la technologie livre des outils pour encourager les configurations de cloud hybrides. « Depuis l’an dernier, un grand nombre de vendeurs ont commencé à mettre en avant les configurations hybrides. Ils réalisent que cet aspect est essentiel à la stratégie IT de la plupart des entreprises », a déclaré Julia White, vice-présidente du marketing Azure chez Microsoft. « Que ce soit avec des outils de migration ou en général, nous devons renforcer et clarifier nos capacités hybrides. Car il est capital de reconnaître que la plupart des clients ont une approche hybride, et nous devons en tenir compte de manière durable ».

Des partenaires pour accompagner la migration

L’outil d’évaluation Cloud Migration Assessment permet aux utilisateurs d’indiquer manuellement quelles ressources de calcul, de réseaux et de stockage ils utilisent déjà, ou d’importer ces mêmes informations depuis un fichier Excel créé par l’utilisateur ou généré par le Microsoft Assessment and Planning Toolkit. À partir de ces informations, l’outil de Microsoft génère un graphique comparatif entre le coût de leurs charges de travail dans un datacenter, et le coût de ces mêmes charges de travail dans Azure. L’outil se base par défaut sur différentes hypothèses de déploiement sur site pour évaluer ce coût, mais les clients peuvent personnaliser les données en fonction de leur environnement.

Pour accéder à l’outil, les utilisateurs doivent fournir leur nom, leurs informations de contact et le nom de leur entreprise afin d’être contactés par l’éditeur. La firme de Redmond pourra éventuellement mettre les demandeurs en relation avec des entreprises partenaires qui peuvent les aider dans leur migration. « De façon générale, Microsoft reste très axée sur les partenariats », a déclaré Julia White. « Et, nous essayons toujours de proposer à nos clients le bon partenaire qui répond le mieux à ses besoins ». Par ailleurs, Microsoft a également annoncé que son outil de migration Azure Site Recovery serait mis à jour dans les prochaines semaines. La nouvelle version permettra aux utilisateurs d’accéder plus facilement aux réductions AHUB lors d’une migration à partir d’autres environnements.

Quand la mise à jour sera déployée, les utilisateurs pourront « baliser » leurs machines virtuelles Windows Server au moment de la migration pour bénéficier de réductions en mode hybride. Une autre façon de les inciter à migrer leurs machines virtuelles Windows Server depuis AWS et de leurs installations sur site vers Azure.

lemondeinformatique.fr

Aller en haut