Accueil / Tic & Telecoms / Microsoft se paie Apple en rachetant les Macbook à ses clients

Microsoft se paie Apple en rachetant les Macbook à ses clients

Microsoft se paie Apple en rachetant les Macbook à ses clients

La firme de Bill Gates profite de la sortie de la nouvelle version du produit phare de son concurrent, pour mettre en avant sa Surface Pro 4.

Question marketing, Microsoft ne manque pas de malice. Alors que le patron d’Apple Tim Cook présentait le nouveau Macbook jeudi, la société de Bill Gates a tenté discrètement de court-circuiter le lancement de son concurrent. Car le même jour, Microsoft a ouvertement dragué les clients de la firme à la pomme, en leur proposant une offre de rachat d’anciens Macbook pour tout achat d’une Surface Pro 4.

À chaque renouvellement de modèle, les marques espèrent convaincre leurs clients d’abandonner leur appareil actuel pour la nouvelle version toujours plus belle et plus puissante. Alors que le nouveau Macbook coûte entre 1.799 et 2.399 dollars, Microsoft a voulu récupérer les aficionados de la pomme en jouant sur les prix. Entre le 27 octobre et le 7 novembre, il propose de racheter les Macbook, quelque soit la version de 2006 à aujourd’hui, pour des prix allant de 75 à 650 dollars selon les modèles, contre l’achat d’une Surface Pro 4. Une offre qui peut sérieusement faire baisser le prix de la tablette, vendue entre 899 et 1.799 dollars.

L’opération ne concerne que les États-Unis. Microsoft propose déjà des reprises d’anciens téléphones, tablettes et ordinateurs portables, mais à des prix bien inférieurs à cette offre.

Des publicités visant directement Apple

La firme de Bill Gates n’en est pas à son premier essai. En 2015, elle avait déjà lancé le même type d’offre centrée sur le rachat des produits de son concurrent Apple. Les piques ne se limitent pas aux offres commerciales. Cette année, Microsoft a publié une série de publicités mettant en avant son nouvel OS : Windows 10. Chaque vidéo décrit une nouvelle fonctionnalité et se concluent par “je n’ai pas [ça] sur mon Mac…”.

Jean-Christophe Catalon
latribune

Aller en haut